N’attendons plus, agissons !

Chers amis,

Croyons-nous vraiment que Jésus est ressuscité ? ou comme dans l’Evangile du jour, avons encore besoin de signe ? Jésus mesure combien cette demande est éloignée de toute spiritualité et est attachée à une matérialité enfermante.
Croire est-ce vivre en tranquillité ou est-ce consentir à lâcher les amarres pour le grand large ? Notre vie de baptisé signe-t’elle une tranquillité ou bien traduit-elle l’acceptation d’un risque ?
Le signe que Jésus espère est celui de la confiance, tel Jonas resté 3 jours et 3 nuits dans le ventre du monstre marin. Que de prières sont « monstrueuses » tant elle montre une anesthésie de nos responsabilités. Souvent nous prions avec une distance, alors que nous devrions prier dans une proximité avec.
Prier n’est pas attendre un signe extérieur, mais intérioriser l’appel de ceux qui, épris du respect de la vie, de la liberté, tentent des traversées aux sécurités aléatoires. Ainsi la Méditerranée n’est-elle pas signe des embarquements du désespoir, mais aussi signe d’une indifférence meurtrière, jusqu’à faire de cette mer un cimetière ?
Pour Mère Teresa, l’enfant pauvre abandonné dans la rue était Jésus, le lépreux était Jésus, le moribond était Jésus. Le réfugié, le migrant qui a dû fuir n’est-il pas ce même Jésus ? Et le malade, le mendiant ? Tous sont d’abord des personnes et donc visages du Christ ?
En s’approchant d’eux, en les regardant, en leur parlant, il devient évident que Jésus s’identifie absolument, pleinement au plus pauvre, au plus seul, à l’oublié.
« Ce que vous avez fait au plus petit, c’est à moi que vous l’avez fait ». Nous voulons voir des signes, mais ne sont-ils pas là, à côté de nous dans le visage des abandonnés, des condamnés qui malgré tout continue à nous faire confiance jusqu’à espérer que nous les comprendrons, les écouterons ? Le signe de la fraternité, de l’attention à l’autre commence par l’absence de jugement.
St François d’Assise avait conscience que l’amour est peu aimé d’où son engagement passionné qui a fait peur jusque dans l’institution. Le raisonnable suscite toujours des raisonnements de crainte et finit par annihiler l’audace.
Quel serait notre Salut si Jésus n’avait pas pris tous les risques ? Il est des sagesses qui, pour ne rien transformer, ne sont que prétextes et paresses du cœur et de l’esprit.
Alors si nous croyons de tout notre cœur que Jésus est mort pour nous, qu’Il est ressuscité, qu’attendons-nous encore pour nous engager effectivement sur le chemin de la conversion ?
Il y a une semaine, nous avons entendu les paroles de la première homélie de Jésus, «convertis-toi et crois en l’Évangile». Avons-nous déjà répondu à cet appel ? Pourquoi repousser cette décision de nous mettre en route sur ce chemin à la suite du Christ ? Sinon, pourquoi Jésus est-il mort et ressuscité pour nous ? Pourquoi tout cet amour, toute cette miséricorde ?
« Une chose est claire: le signe de Dieu pour les hommes est le Fils de l’homme, Jésus lui-même. Et c’est de manière profonde dans son mystère pascal, dans le mystère de mort et résurrection. Il est lui-même le “signe de Jonas” » (Benoît XVI)
« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie moi de mon offense. Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. Ne me chasse pas loin de ta face, ne me reprends pas ton esprit saint. Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas, tu n’acceptes pas d’holocauste. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. » (Ps 50 (51))
Seigneur, donne-nous la grâce d’un authentique repentir, que nous puissions goûter, dans le pardon que tu nous accordes, la puissance régénératrice de Ton amour. Accorde-nous de pouvoir nous réjouir d’accueillir comme une grâce, au sein d’une humanité nouvelle, relevée par ta miséricorde, tous nos frères et sœurs, sans aucune exception.

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

D’après la méditation du Père Bernard Devert ce matin sur RCF

CHANT

Jésus tu es le Christ

Jésus, tu es le Christ
Le Fils du Dieu vivant,
Toi seul as les paroles
De la vie éternelle !
Je te suivrai, Jésus, où tu me conduiras,
Toi seul es le chemin, la vérité et la vie.


1. Prenez mon joug, vivez à mon école,
Car je suis doux, je suis humble de cœur.
Vous qui peinez, venez à moi,
Je vous soulagerai.

2. Qui veut me suivre et être mon disciple
Doit renoncer à lui-même et au monde.
Celui qui perd sa vie pour moi
Sans fin la sauvera.

3. De ton côté jaillit l’eau de la grâce.
Tu m’as aimé, pour moi tu t’es livré.
Tu étais mort, tu es vivant
Mon Seigneur et mon Dieu.

4. Tu as posé tes yeux sur ma misère,
M’as libéré du poids de mon péché.
Tu vois mon cœur, oui, tu sais tout,
Tu sais bien que je t’aime !

5. Jésus, mon Dieu, je t’aime et je t’adore.
Je suis à toi, Jésus, viens vivre en moi.
Que ton amour brûle en mon cœur !
Sois mon maître et Seigneur.

PREMIERE LECTURE

« Les gens de Ninive se détournèrent de leur conduite mauvaise » (Jon 3, 1-10)

Lecture du livre du Prophète Jonas

La parole du Seigneur fut adressée à Jonas :
« Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne,
proclame le message que je te donne sur elle. »
Jonas se leva et partit pour Ninive,
selon la parole du Seigneur.
Or, Ninive était une ville extraordinairement grande :
il fallait trois jours pour la traverser.
Jonas la parcourut une journée à peine
en proclamant :
« Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! »
Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu.
Ils annoncèrent un jeûne,
et tous, du plus grand au plus petit,
se vêtirent de toile à sac.
La chose arriva jusqu’au roi de Ninive.
Il se leva de son trône, quitta son manteau,
se couvrit d’une toile à sac, et s’assit sur la cendre.
Puis il fit crier dans Ninive
ce décret du roi et de ses grands :
« Hommes et bêtes, gros et petit bétail,
ne goûteront à rien,
ne mangeront pas et ne boiront pas.
Hommes et bêtes, on se couvrira de toile à sac,
on criera vers Dieu de toute sa force,
chacun se détournera de sa conduite mauvaise
et de ses actes de violence.
Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas,
s’il ne reviendra pas de l’ardeur de sa colère ?
Et alors nous ne périrons pas ! »
En voyant leur réaction,
et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise,
Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.

Parole du Seigneur.

EVANGILE

« À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas le prophète » (Lc 11, 29-32)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc

En ce temps-là,
comme les foules s’amassaient,
Jésus se mit à dire :
« Cette génération est une génération mauvaise :
elle cherche un signe,
mais en fait de signe
il ne lui sera donné que le signe de Jonas.
Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ;
il en sera de même avec le Fils de l’homme
pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera
en même temps que les hommes de cette génération,
et elle les condamnera.
En effet, elle est venue des extrémités de la terre
pour écouter la sagesse de Salomon,
et il y a ici bien plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront
en même temps que cette génération,
et ils la condamneront ;
en effet, ils se sont convertis
en réponse à la proclamation faite par Jonas,
et il y a ici bien plus que Jonas. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou sur la première lecture

« Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s’il ne reviendra pas de l’ardeur de sa colère ? Et alors nous ne périrons pas ! »

À la prédication de Jonas, les Ninivites ont cru en Dieu et ont choisi le chemin de la repentance. Ces propos du roi de Ninive témoigne de leur espérance, de façon solennelle. Ils s’abandonnent à Lui. Ils Le reconnaissent comme Celui qui tient leur vie en ses mains. Il n’y a, de leur part, aucun désir de manipulation… Dieu devient le centre de leur vie. « En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés. »

L’acte de repentance est un acte d’espérance. Il exprime la confiance que nous pouvons et devons avoir en la Bonté miséricordieuse de Dieu, ce Dieu lent à la colère et plein d’amour. En nous exhortant à la conversion, Dieu nous fait confiance et nous dit ainsi son désir de nous ouvrir ses trésors de miséricorde. Il convient donc que nous répondions aussi dans la confiance sans chercher à manipuler le Seigneur.. En nous repentant, nous confessons que la Miséricorde l’mporte sur nos péchés. Si nous n’avons pas confiance en la miséricorde de Dieu, notre repentir est vain.
Se convertir, c’est espérer.
Quelle est ton espérance ?

Seigneur, nous croyons en ta Miséricorde. Ne nous abandonne pas pour toujours.

Paroles du Pape François

Le signe de Jonas, le vrai, est celui qui nous donne la confiance d’être sauvés par le sang du Christ. Combien de chrétiens, combien y en a-t-il, qui pensent qu’ils seront sauvés à cause de ce qu’ils font, de leurs œuvres. Les œuvres sont nécessaires, mais elles sont une conséquence, une réponse à cet amour miséricordieux qui nous sauve. Mais les œuvres seules, sans cet amour miséricordieux, ne servent pas.

Pape François, Sainte-Marthe, 14 octobre 2013, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur. et donne la paix à notre temps: soutenus par ta miséricorde, nous serons libérés de tout péché, à l’abri de toute épreuve, nous qui attendons que se réalise cette bienheureuse espérance: l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph, toi que la grâce divine a comblée.
Le Sauveur a reposé dans tes bras et grandi sous tes yeux.
Tu es béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de ta virginale épouse est béni.
Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
prie pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail jusqu’à nos derniers jours
et daigne nous secourir à l’heure de notre mort.
Amen.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :