Béni soit le Seigneur qui visite et rachète son peuple

Bonjour les amis,

Demain c’est Noël ! La nuit prochaine nous allons nous retrouver pour célébrer la naissance de Jésus, l’Enfant de la Crèche et le Sauveur du monde. Ce matin, nous sommes déjà dans l’action de grâce, dans la joie et la prière comme tout parent, toute famille qui va vivre la naissance d’un enfant.
Le Père Emmanuel Payen nous disait sur https://rcf.fr qu’aujourd’hui nous sommes dans la joie et la prière de remerciements à la suite de Zacharie, le papa de Jean-Baptiste, qui remercie Dieu de lui avoir confié un fils, et à la suite de Marie, sa maman, qui vit comme toutes les mamans, l’appréhension d’une première naissance, en même temps qu’une joie profonde ineffable. Cette joie, cette prière, nous pouvons en faire la nôtre, en réalisant la signification de cette naissance, à la fois semblable à toute naissance, et en même temps extraordinaire, car elle signifie que « Dieu vient visiter son Peuple ». Que le Dieu transcendant, Trois fois Saint, vient habiter l’humanité-Jésus, vrai Dieu et vrai homme, devient l’un de nous, hormis le péché.
Comme l’a écrit Saint Irénée : « Dieu s’est fait homme pour que les hommes deviennent enfants de Dieu ». Tel est le mystère de la foi chrétienne : grâce au « OUI » de Marie et à l’action de l’Esprit Saint, Dieu se fait homme et nous ouvre le chemin du Salut et de la Vie Nouvelle.
En cette veille de Noël, le P. Payen concluait en nous demandant de préparer nos esprits et nos cœurs, à la reconnaissance de Dieu en ce nouveau-né de Bethléem.
Seigneur, viens disposer notre cœur à recevoir Jésus et viens déployer la grâce que Jésus viens déposer en nous.
Esprit-Saint donne-nous un regard empli de foi, fortifie notre espérance d’enfants de Dieu et en notre avenir à construire avec la main de Dieu.
Esprit-Saint, viens préparer en nous une belle demeure au Seigneur pour que, comme les anges et avec eux, nous puissions ce soir pleinement proclamer sa gloire !

 » L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge. Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux.« (Ps 88 (89), 2-3)

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

CHANT

Cantique de Zacharie

PREMIERE LECTURE

La royauté de David subsistera pour toujours devant la face du Seigneur (2 S 7, 1-5.8b-12.14a.16)

Lecture du deuxième livre de Samuel

Le roi David habitait enfin dans sa maison.
Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité
en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient.
Le roi dit alors au prophète Nathan :
« Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre,
et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! »
Nathan répondit au roi :
« Tout ce que tu as l’intention de faire,
fais-le,
car le Seigneur est avec toi. »
Mais, cette nuit-là,
la parole du Seigneur fut adressée à Nathan :
« Va dire à mon serviteur David :
Ainsi parle le Seigneur :
Est-ce toi qui me bâtiras une maison
pour que j’y habite ?
C’est moi qui t’ai pris au pâturage,
derrière le troupeau,
pour que tu sois le chef de mon peuple Israël.
J’ai été avec toi partout où tu es allé,
j’ai abattu devant toi tous tes ennemis.
Je t’ai fait un nom aussi grand
que celui des plus grands de la terre.
Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël,
je l’y planterai, il s’y établira
et ne tremblera plus,
et les méchants ne viendront plus l’humilier,
comme ils l’ont fait autrefois,
depuis le jour où j’ai institué des juges
pour conduire mon peuple Israël.
Oui, je t’ai accordé la tranquillité
en te délivrant de tous tes ennemis.
Le Seigneur t’annonce
qu’il te fera lui-même une maison.
Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
je te susciterai dans ta descendance un successeur,
qui naîtra de toi,
et je rendrai stable sa royauté.
Moi, je serai pour lui un père ;
et lui sera pour moi un fils.
Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

Parole du Seigneur.

EVANGILE

Le soleil levant nous visitera (Lc 1, 67-79)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc

En ce temps-là,
à la naissance de Jean Baptiste,
Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint
et prononça ces paroles prophétiques :
« Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,
qui visite et rachète son peuple.
Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,
comme il l’avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :
salut qui nous arrache à l’ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,
amour qu’il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte ;
serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte,
afin que, délivrés de la main des ennemis,
nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.
Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé
prophète du Très-Haut ;
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
et tu prépareras ses chemins,
pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,
grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu,
quand nous visite l’astre d’en haut,
pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
et l’ombre de la mort,
pour conduire nos pas
au chemin de la paix. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou sur la première lecture

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. »
Le prophète recourt aux images de déportation ou d’exil, de semailles et de guerre pour décrire la situation initiale du peuple d’Israël. L’intervention divine apporte une transformation totale. « Car le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés comme au jour de Madiane. Et les bottes qui frappaient le sol, et les manteaux couverts de sang, les voilà tous brûlés : le feu les a dévorés. »
Aucune détresse, aucune souffrance, aucune oppression n’est définitive ; aucune ne peut résister à la toute-puissance de l’Amour divin. notre Dieu se révèle comme le « Dieu briseur de guerres. » (Judith 16, 2) Il est la Lumière et la Joie. Il a compassion des faibles et des opprimés, de la veuve et de l’orphelin. Il est Celui qui nous délivre encore aujourd’hui, individuellement et collectivement ! Avec Lui, nos ténèbres font place à la lumière, nos pleurs, à la joie de la moisson, nos angoisses, à l’exultation du partage du butin, l’oppression, à la délivrance. Ils s’égarent, ceux qui s’en prennent à Dieu, qui s’appuient sur leur puissance, qui tirent plaisir de la souffrance des autres…
Avec Dieu, point de désespoir.
Ne laisse pas voler ton espérance.

« Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. » »
Cet enfant ne s’impose pas : Il s’expose. Il ne s’arroge rien : Il s’offre. Il laisse voir le signe sur son épaule pour susciter la confiance. À qui se confie à Lui, Il se révèle comme un Conseiller-merveilleux. Qui L’écoute, Le découvre comme le Dieu-Fort. Il est Père-à-jamais pour qui s’abandonne à Lui. À toute angoisse, Il répond comme Prince-de-la-Paix.»
Noël nous confronte au silence d’un enfant, à la fragilité d’un être qui s’abandonne, au mystère de l’espérance et de la joie. Noël nous dit notre impuissance et réclame notre dépouillement. Noël nous appelle au renoncement pour nous disposer au don de Dieu. Noël nous apprend à résister à l’accaparement pour tout recevoir de Dieu avec humilité.
L’essence de Noël, c’est le don et l’accueil.
Ouvre simplement ton cœur.

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph,
Toi que la grâce divine a comblée.
Le Seigneur a reposé dans tes bras,
Le Sauveur a grandi sous tes yeux.

Je te salue Joseph,
Entre tous les hommes Tu es béni,
Jésus, l’Enfant divin de Marie,
ta virginale épouse, est béni.

Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
Saint Joseph ô prie pour nous
dans nos soucis de la vie,
pour nos famille, notre santé, notre travail.

Saint Joseph, prie pour nous
Jusquà nos derniers jours
Saint Joseph, prie pour nous
à l’heure de notre mort.
Amen, amen, amen

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :