« Ils disent et ne font pas »

Bonjour les amis,

« Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies ! Tu te nourriras du travail de tes mains : Heureux es-tu ! À toi, le bonheur ! Ta femme sera dans ta maison comme une vigne généreuse, et tes fils, autour de la table, comme des plants d’olivier. Voilà comment sera béni l’homme qui craint le Seigneur. De Sion, que le Seigneur te bénisse ! Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie. » (Ps127 (128))

 » Pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux ? «  Nous vous recommandons particulièrement aujourd’hui de lire la 1ère lecture et même de prendre le temps dans les prochains jours de lire le très beau livre de Ruth avec ce message d’humilité, d’amour de Dieu et du prochain, avec Noémi et Booz.

Dans ce long discours de l’Evangile du jour, Jésus dénonce l’hypocrisie, cet écart entre les paroles et la pratique. Plus précisément, Jésus fait remarquer que les belles paroles, plutôt que d’entraîner dans une vraie conformité à la volonté de Dieu, soutiennent l’orgueil personnel et la recherche de positions ou de titres valorisants. Jésus demande à ses disciples de se méfier de ces titres et positions et les invite, et bien sûr nous invite à rechercher plutôt une profonde humilité. La conformité à la volonté de Dieu ne se trouve que dans une réelle et sincère humilité et exclut l’hypocrisie.
Ce matin sur RCF, le Père Antoni détaillait le message de Jésus qui s’inquiète de la division qui nous écarte du noyau dur de notre être même, une division profonde qui fait que l’on ne vit pas ce que l’on croit. La vraie question à se poser est de savoir si cette voix du seigneur a oui ou non pris chair dans notre vie, si elle l’a transformée, convertie.
Jésus nous le redit sans cesse : vas-y toi aussi de la tête aux pieds, dans le cambouis du monde, non pas parce que c’est bien, mais parce que c’est là que ma parole s’incarne, devient vivante, devient autre chose que des mots.
Au-delà de nos lâchetés, l’hypocrisie la plus profonde, celle qui tue, c’est de penser l’Evangile à la surface des mots, sans y plonger totalement, de vivre à la surface de notre vie et notre foi, en se cachant derrière des lois, des codes, de belles dorures et de jolis décors, une langue morte ou tout au moins incompréhensible aux non-initiés, un prétendu âge d’or de la foi, ou des génuflexions vécues superficiellement, et que par manque de confiance et d’assurance nous finissons par nous regrouper, par vivre entre nous sans nous mêler aux pêcheurs de ce monde considérés comme en proie au mal, alors que par notre baptême, nous sommes appelés à être au milieu d’eux.
En voulant imposer cette vision de la foi et de la vie, nous volons l’Évangile aux enfants de Dieu, nous privatisons un Seigneur sur mesure, exclusif qui ne va pas à la rencontre des boiteux invités à la noce comme nous le lisions ce jeudi. Nous limitons l’amour infini de Dieu, et ainsi nous le défigurons et nous pouvons même le rendre détestable.
Le Père Antoni ajoute que si le monde compte beaucoup d’incroyants et de personnes hostiles à la foi, c’est parce qu’ils n’ont pas encore trouvé de vrais témoins de la grâce, de la joie et de l‘espérance. Le Pape François parlait même de fossoyeurs de la grâce, tristes rigides ; une rigidité qui nait de la peur du changement et qui finit par disséminer des obstacles et des pièges sur le terrain du bien commun, en le transformant en champ de mines, d’incompréhension et de haine. Souvenons-nous que lorsque nous adoptons des positions rigides, c’est généralement pour masquer nos propres problèmes, erreurs ou déséquilibres. Alors un signe de notre foi ? De la souplesse !

Seigneur Jésus, merci d’être venu parmi nous pour nous révéler l’amour du Père. Merci pour le don de ton Esprit qui fait de nous un fils ou une fille du Père, et donc ton frère ou ta sœur.
Seigneur, donne-nous la grâce de l’humilité, la juste humilité, celle qui nous permet de reconnaître nos charismes, nos talents, mais qui fait que nous savons que ce sont des dons du Père. Aide-nous et guide-nous pour les mettre au service fraternel de notre prochain, de notre Eglise, même et avant tout au milieu des turpitudes de notre monde.
Et que la Vierge Marie, nous aide dans le long chemin de notre conversion, afin que nous puissions avec elle « exulter de joie en Dieu notre Sauveur, car il s’est penché sur la bassesse de son humble servante »

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

Source d’inspiration : Prière du matin ce matin sur RCF

CHANT

Prions avec Ste Thérèse : Seigneur, Toi qui connais ma petitesse extrême, Tu ne crains pas de T’abaisser vers moi, viens en mon cœur, blanche hostie que j’aime, mon cœur aspire vers vers Toi, que Ta bonté me laisse mourir d’amour, viens en mon cœur

PREMIERE LECTURE

« Noémi, le Seigneur ne t’a pas laissée sans quelqu’un pour te racheter ! Ruth enfanta un fils. Ce fut le père de Jessé, qui fut le père de David » (Rt 2, 1-3.8-11 ; 4, 13-17)

Lecture du livre de Ruth

Noémi avait un parent du côté de son mari Élimélek ;
c’était un riche propriétaire du même clan ;
il s’appelait Booz.
    Ruth la Moabite dit à Noémi :
« Laisse-moi aller glaner dans les champs,
derrière celui aux yeux de qui je trouverai grâce. »
Elle lui répondit :
« Va, ma fille. »
    Ruth partit donc glaner dans les champs
derrière les moissonneurs.
Elle se trouva par bonheur dans la parcelle d’un champ
appartenant à Booz, du clan d’Élimélek.
    Booz dit à Ruth :
« Tu m’entends bien, n’est-ce pas, ma fille ?
Ne va pas glaner dans un autre champ.
Ne t’éloigne pas de celui-ci,
mais attache-toi aux pas de mes servantes.
    Regarde dans quel champ on moissonne, et suis-les.
N’ai-je pas interdit aux serviteurs de te molester ?
Si tu as soif, va boire aux cruches
ce que les serviteurs auront puisé. »
    Alors Ruth se prosterna face contre terre et lui dit :
« Pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux,
pourquoi t’intéresser à moi, moi qui suis une étrangère ? »
    Booz lui répondit :
« On m’a dit et répété
tout ce que tu as fait pour ta belle-mère
après la mort de ton mari,
comment tu as quitté ton père, ta mère
et le pays de ta parenté,
pour te rendre chez un peuple
que tu n’avais jamais connu de ta vie. »
    Booz prit Ruth comme épouse,
elle devint sa femme et il s’unit à elle.
Le Seigneur lui accorda de concevoir,
et elle enfanta un fils.
    Les femmes de Bethléem dirent à Noémi :
« Béni soit le Seigneur
qui aujourd’hui ne t’a pas laissée
sans quelqu’un pour te racheter !
Que son nom soit célébré en Israël !
    Cet enfant te fera revivre,
il sera l’appui de ta vieillesse :
il est né de ta belle-fille qui t’aime,
et qui vaut mieux pour toi que sept fils. »
    Noémi prit l’enfant, le mit sur son sein,
et se chargea de l’élever.
    Les voisines lui donnèrent son nom.
Elles disaient :
« Il est né un fils à Noémi. »
Et elles le nommèrent Obed.
Ce fut le père de Jessé, qui fut le père de David.

Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Ils disent et ne font pas » (Mt 23, 1-12)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,
    Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples,
    et il déclara :
« Les scribes et les pharisiens enseignent
dans la chaire de Moïse.
    Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire,
faites-le et observez-le.
Mais n’agissez pas d’après leurs actes,
car ils disent et ne font pas.
    Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter,
et ils en chargent les épaules des gens ;
mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
    Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens :
ils élargissent leurs phylactères
et rallongent leurs franges ;
    ils aiment les places d’honneur dans les dîners,
les sièges d’honneur dans les synagogues
    et les salutations sur les places publiques ;
ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
    Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi,
car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner,
et vous êtes tous frères.
    Ne donnez à personne sur terre le nom de père,
car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux.
    Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres,
car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.
    Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
    Qui s’élèvera sera abaissé,
qui s’abaissera sera élevé. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou

« Pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux, pourquoi t’intéresser à moi, moi qui suis une étrangère ? »
Ruth, la moabite, n’a pas voulu être oisive. Le Seigneur a guidé ses pas et Booz, lui-même, lui a manifesté sa bonté. Noémie en récolta le fruit.
Admirons la prévenance de Dieu à l’égard de Ruth. De la même manière, Il veut nous entourer de son Amour sans mesure. Comme Booz, Il se révèle à nous pas à pas. Il met toute sa création à notre service. Mais, Il attend notre collaboration. Devant sa face, aucune de nos bonnes actions ne se perd. S’Il nous comble de ses largesses, c’est aussi pour nous conduire à désirer et aimer le Bien véritable qu’Il est. Il veut célébrer ses noces avec nous pour le bien du monde.
Dieu ne conduit qu’au Bonheur.
Quel désir portes-tu en toi ?

Seigneur, pourquoi ai-je trouvé grâce à tes yeux ?

Paroles du Pape François

Nous, disciples de Jésus, ne devons pas rechercher des titres d’honneur, d’autorité ou de suprématie. Je vous dis que cela me fait personnellement mal de voir des gens qui vivent psychologiquement à la poursuite de la vanité des honneurs. Nous, les disciples de Jésus, ne devons pas faire cela, car il doit y avoir une attitude simple et fraternelle entre nous. Nous sommes tous frères, et nous ne devons en aucun cas dominer les autres et les mépriser. Non. Nous sommes tous frères.

Pape François, Angélus, 5 novembre 2017, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph,
Toi que la grâce divine a comblée.
Le Seigneur a reposé dans tes bras,
Le Sauveur a grandi sous tes yeux.

Je te salue Joseph,
Entre tous les hommes Tu es béni,
Jésus, l’Enfant divin de Marie,
ta virginale épouse, est béni.

Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
Saint Joseph ô prie pour nous
dans nos soucis de la vie,
pour nos famille, notre santé, notre travail.

Saint Joseph, prie pour nous
Jusquà nos derniers jours
Saint Joseph, prie pour nous
à l’heure de notre mort.
Amen, amen, amen

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :