Partageons sa croix

Bonjour les amis,

« Acclamez le Seigneur, terre entière, servez le Seigneur dans l’allégresse, venez à lui avec des chants de joie ! Reconnaissez que le Seigneur est Dieu : il nous a faits, et nous sommes à lui, nous, son peuple, son troupeau. Oui, le Seigneur est bon, éternel est son amour, sa fidélité demeure d’âge en âge. » (Ps 99 (100))

Les Paroles de Jésus ces derniers jours sont  tirées des derniers discours de Jésus, entre son dernier repas et son arrestation. Jésus sait qu’il va être confronté au reniement, à l’adversité, à la haine même de son propre peuple, alors connaissant cela, ces mots sont encore plus puissants. En parallèle, la vocation des disciples est magnifique mais aussi très exigeante et il est aussi clair que le disciple, d’une manière ou d’une autre, est appelé à vivre ce qu’a vécu son maître, même s’il n’en a pas souvent conscience. Les persécutions, les rejets, les incompréhensions, à différents niveaux, font partie du chemin du disciple.
C’est pour cela que Jésus annonce ces souffrances, non pour faire peur, mais au contraire pour rassurer, pour nous rassurer; sans chercher ces épreuves et ces obstacles, elles deviennent, lorsqu’elles se présentent, un moyen de vérifier dans le discernement notre fidélité à Jésus.
Habités par ces certitudes que sont la grâce d’avoir été choisis, l’assurance de la victoire sur le monde puisque Jésus l’a déjà vaincu, et enfin que Jésus nous précède toujours sur notre chemin de la vie, dans les épreuves, les haines, les rejets que nous traversons, Il les a connus avant nous.
Enfin souvenons-nous de cette Béatitude : « Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera, et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi. Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux. » (Mt 5, 11).
Pour paraphraser une citation connue, toutes ces épreuves, ces rejets qui croient nous détruire, nous rendent en fait plus forts puisqu’ils nous rendent encore plus proches du Christ.
Seigneur Jésus, ton Père et notre Père est un bon Père ! Il nous donne chaque jour notre pain quotidien, ou plutôt nos pains, matériel et spirituel, cette grâce, qui nous donne au jour le jour, les forces de traverser les difficultés de nos journées et de ce monde troublé.
Alors, donne-nous simplement la grâce de demeurer fidèles à notre mission de disciple, et que le témoignage de notre foi et notre charité même au cœur de l’adversité puisse amener nos frères et sœurs à croire en Toi et à reconnaître en Toi celui qui donne sens à leur vie.
Ces prochains jours et au-delà, Seigneur, lorsque nous serons blessés par un mot, un geste, une attitude, aide-nous remplacer nos pensées critiques, négatives, par une bénédiction intérieure pour la personne qui nous a blessé car, oui, Tu es son Père et Tu l’aimes tout autant que moi.

Pour finir, nous vous partageons ces mots de Bx Charles de Foucauld, à méditer pour chacun de nous :
« Quand nous serons abandonnés de tous les hommes, tentés par le diable, que Dieu se voilera de nous, se cachera à nous, que nous souffrirons toutes les douleurs du corps et de l’âme, alors remercions Dieu, alors « réjouissons-nous et tressaillons de joie » (Lc 6,23), car c’est alors que nous marchons la main dans la main de Jésus (…).
Quand nous prierons jour et nuit, que nous serons dans l’obscurité, la douleur, la souffrance amère, que nous prierons pour des motifs pour lesquels il faut prier et que nous ne sommes pas exaucés, que le mal, le mal moral, le péché continue à inonder hors de nous et en nous, alors remercions Dieu, « réjouissons-nous et tressaillons de joie » car nous marchons la main dans la main de Jésus…
Quand nous sommes méprisés de tous, le dernier des hommes, quand on nous jette la pierre au propre et au figuré, quand les inconnus nous raillent et que ceux qui nous connaissent nous jouent et nous dédaignent, quand on nous calomnie, nous méprise, alors remercions Dieu de tout notre cœur, « réjouissons-nous et tressaillons de joie » car nous marchons la main dans la main de Jésus (…).
Quand on se moquera de nous, qu’on nous dira des injures dans les rues, qu’en passant près de nous on nous tournera en ridicule et qu’on dira des paroles railleuses ou grossières, alors remercions Dieu avec une reconnaissance et une joie profondes, « réjouissons-nous et tressaillons de joie » car nous marchons la main dans la main de Jésus.
 » Bx Charles de Foucauld, Méditations sur les psaumes – Source : L’Evangile au quotidien

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

Sources d’inspiration : https://app.decouvrir-dieu.com/ et https://www.regnumchristi.fr/

CHANT

Géthsémani

En ce jardin, je dépose ma vie
Plus de chemin, la vérité me fuit
Plus de matin, mais cette nuit vient où tout s’éteint
Perlent en mon cœur, gouttes de sang et d’eau
Cette douleur, la peine est mon fardeau
Quelle froideur, dans cette angoisse, dans cette peur
 
Père Eternel, Ouvre le Ciel
Pour que Ta Grâce en moi
Donne à toucher le Ciel
Donne à goûter Ta Loi
Et que Ta volonté soit faîte
 
En ce jardin, je n’ai plus rien
Que le fardeau du monde
Mon Dieu et si je tombe
Que deviendra demain
Mais que Ta volonté soit faîte
En ce jardin
 
Agenouillé, le cœur d’effroi meurtri
Là où coulait, le sang de l’agonie
Touchant la terre, seul abandonné, dans ma misère
En ce jardin, où même mes amis
Lâchant ma main, un à un m’ont trahi
Mais dans mon cœur, à Gethsémanie, vit le Seigneur

PREMIERE LECTURE

« Passe en Macédoine et viens à notre secours » (Ac 16, 1-10)

Lecture du Livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
Paul, qui avait quitté Antioche avec Silas,
arriva ensuite à Derbé, puis à Lystres.
Il y avait là un disciple nommé Timothée ;
sa mère était une Juive devenue croyante,
mais son père était grec.
À Lystres et à Iconium,
les frères lui rendaient un bon témoignage.
Paul désirait l’emmener ; il le prit avec lui
et le fit circoncire à cause des Juifs de la région,
car ils savaient tous que son père était grec.
Dans les villes où Paul et ses compagnons passaient,
ils transmettaient les décisions
prises par les Apôtres et les Anciens de Jérusalem,
pour qu’elles entrent en vigueur.
Les Églises s’affermissaient dans la foi
et le nombre de leurs membres augmentait chaque jour.
Paul et ses compagnons traversèrent la Phrygie
et le pays des Galates,
car le Saint-Esprit les avait empêchés
de dire la Parole dans la province d’Asie.
Arrivés en Mysie,
ils essayèrent d’atteindre la Bithynie,
mais l’Esprit de Jésus s’y opposa.
Ils longèrent alors la Mysie
et descendirent jusqu’à Troas.
Pendant la nuit, Paul eut une vision :
un Macédonien lui apparut, debout,
qui lui faisait cette demande :
« Passe en Macédoine
et viens à notre secours. »
À la suite de cette vision de Paul,
nous avons aussitôt cherché à partir pour la Macédoine,
car nous en avons déduit que Dieu nous appelait
à y porter la Bonne Nouvelle.
– Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde » (Jn 15, 18-21)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Si le monde a de la haine contre vous,
sachez qu’il en a eu d’abord contre moi.
Si vous apparteniez au monde,
le monde aimerait ce qui est à lui.
Mais vous n’appartenez pas au monde,
puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ;
voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous.
Rappelez-vous la parole que je vous ai dite :
un serviteur n’est pas plus grand que son maître.
Si l’on m’a persécuté,
on vous persécutera, vous aussi.
Si l’on a gardé ma parole,
on gardera aussi la vôtre.
Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom,
parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Méditation du Père Michel Quesnel (RCF)

Le rapport des chrétiens avec ce que l’évangéliste Jean appelle « le monde » est compliqué. Dans les années proches du Concile Vatican II, de nombreux prêtres catholiques estimaient qu’ils avaient été formés loin du monde, qu’ils vivaient plus ou moins dans une bulle, qu’il fallait qu’ils se rapprochent du monde, et même qu’ils appartiennent au monde.
L’intention était bonne, mais elle manquait peut-être de recul. Vivre dans une bulle n’est pas sain, et on ne voit pas bien comment on pourrait témoigner de l’Evangile si tel est le cas. Mais en même temps, épouser toutes les façons de vivre du monde, c’est se diluer et devenir insignifiant. L’évangéliste Jean écrit : « Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. » La dernière Béatitude ne dit guère autre chose : « Heureux êtes-vous, si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi » (Mt 5,11) Et Jésus poursuit un peu plus loin : « C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés » (Mt 5,12).
La pandémie, qui nous impose une austérité difficile à vivre, nous révèle également les injustices que notre monde entretenait auparavant : course à l’argent et au plaisir, écart grandissant entre riches et pauvres, indifférence à ceux qui ne sont pas de notre monde. Les avons-nous suffisamment dénoncées ?
Si on ne l’a pas fait suffisamment, il est peut-être temps de le faire, pour que nous ne retombions pas dans le monde d’avant. Cela nous causera sans doute quelques ennuis. Mais Jésus n’est-il pas passé par là ?
Lors de notre baptême, Seigneur, nous avons été institués prophètes. Donne-nous d’être fidèles à cette mission.

Homélie du Père Maximin Noudehou

« Dans les villes où Paul et ses compagnons passaient, ils transmettaient les décisions prises par les Apôtres et les Anciens de Jérusalem, pour qu’elles entrent en vigueur. »

Les messagers poursuivent leur mission dans les différentes communautés naissantes. Et le même Paul, qui n’a pas voulu que la circoncision soit imposée aux chrétiens, y soumit son futur disciple Timothée, au sujet de qui tous portaient un bon témoignage. Timothée vivait donc déjà selon la grâce du Christ : son cœur était déjà circoncis. Dans le même temps, Paul a su faire preuve de discernement : si la circoncision n’est pas obligatoire, elle n’est pas non plus interdite. Il fit circoncire Timothée non pas pour faire peser sur lui le joug de la Loi mais pour le rendre apte, devant tous, à la mission qui serait la sienne. Il ne devait pas devenir un obstacle pour la mission, étant donné que tout est permis mais tout n’est pas profitable. (1 Corinthiens 6, 12 ; 10, 23)
Une fois encore, les missionnaires se laissèrent guider par le Saint-Esprit avec une grande docilité, sachant qu’ils ne étaient que des instruments : « Arrivés en Mysie, ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa. »
Nous avons à faire preuve de discernement dans la conduite de notre vie chrétienne pour ne pas offenser l’amour fraternel ni porter préjudice à l’œuvre de Dieu. Ces principes deviennent des critères importants. Et quelles que soient nos ressources, elles ne sont rien si nous ne sommes pas des réceptacles de l’Esprit Saint. Et l’esprit de discernement, qui est un don de l’Esprit Saint, est notre réponse à l’action de ce même Esprit. Le Saint-Esprit est le seul Maître de la mission. Il y a, par conséquent, deux écueils à éviter. Premièrement, nous devrons résister à la tendance d’une infantilisation sous prétexte de la mouvance ou de l’onction de l’Esprit Saint. L’Esprit ne nous déresponsabilise pas. Il réclame plutôt notre pleine collaboration à travers le discernement. Deuxièmement, notre égarement sera complet si nous suspectons le Saint-Esprit et Lui résistons. Il en est, en effet, qui tentent d’évacuer le Saint-Esprit de leur vie et, plus particulièrement, de la charge qui leur incombe.
Nul n’est missionnaire s’il n’est docile à l’Esprit Saint !
Quelle est ta relation avec l’Esprit Saint ?

Ô Christ Ressuscité, que ton Esprit nous habite.

Paroles du Pape François

La voie des chrétiens est la voie de Jésus. Si nous voulons être des disciples de Jésus, il n’y a pas d’autre chemin que celui qu’Il a tracé. Et une des conséquences de cela, c’est la haine, c’est la haine du monde, et aussi du prince de ce monde. Le monde aimerait ce qui lui appartient. «Moi je vous ai choisis, hors du monde»: c’est Lui-même qui nous a rachetés du monde, qui nous a choisis: pure grâce! Par sa mort, par sa résurrection, il nous a rachetés du pouvoir du monde, du pouvoir du diable, du pouvoir du prince de ce monde. Et l’origine de la haine est la suivante: nous sommes sauvés. Et ce prince qui ne veut pas, qui ne veut pas que nous soyons sauvés, déteste cela.

Pape François, Chapelle Sainte-Marthe, 4 mai 2013, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie





Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Prière à Joseph

Je te salue Joseph,
Toi que la grâce divine a comblée.
Le Seigneur a reposé dans tes bras,
Le Sauveur a grandi sous tes yeux.

Je te salue Joseph,
Entre tous les hommes Tu es béni,
Jésus, l’Enfant divin de Marie,
ta virginale épouse, est béni.

Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
Saint Joseph ô prie pour nous
dans nos soucis de la vie,
pour nos famille, notre santé, notre travail.

Saint Joseph, prie pour nous
Jusquà nos derniers jours
Saint Joseph, prie pour nous
à l’heure de notre mort.
Amen, amen, amen

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :