Pourquoi jeûner ?

Bonjour les amis,

Seigneur, je veux me réjouir de ta présence dans ma vie et être capable de te reconnaître dans les moments de joie comme de peine. Tu nous as promis de rester avec nous jusqu’à la fin des temps, donne-moi un regard de foi qui sache déceler ta présence.

Parmi les trois invitations que Jésus nous adressait le Mercredi des cendres, l’aumône, la prière et le jeûne, le jeûne est peut-être celle dont nous voyons le moins l’utilité, en tous cas, cela a été mon cas pendant longtemps. Je voyais bien à quoi servait l’aumône, j’avais et j’ai toujours confiance que Dieu entend mes prières et y répond (à sa manière), mais à quoi ça sert de jeûner ? Et justement, c’est peut-être parce que le jeûne est la pratique la plus gratuite, et en apparence la moins utile, qu’elle est très précieuse. Quand je choisis de jeûner, de me priver un temps, de manière gratuite, que j’offre ce temps à Dieu, simplement par amour pour Lui, je ressens une vraie proximité, et j’ai profondément le sentiment d’avancer de manière très intime avec Dieu et avec Jésus. Bien sûr jeûner se fait d’une manière juste et discrète, même si je recommande de vivre ces moments à plusieurs, à distance mais unis par la prière et dans un soutien mutuel quand le malin nous tente. Jeûner, c’est mettre l’amour à la première place dans ma vie. Jeûner, pour moi, c’est laisser l’amour de Dieu, de mon prochain et l’amour pour moi-même me conduire à choisir ces petits renoncements quotidiens, simples et gratuits, simplement par amour et pour aimer. Je recommande de préparer notre journée de jeûne, en nous organisant pour que la journée ne soit pas surchargée, l’allègement doit être aussi dans tous les aspects de notre vie, pas ou moins de téléphone, d’internet, d’achat, moins courir, moins de bruit…. Ce moment de jeûne est un cœur à cœur avec Dieu, éventuellement en lien avec d’autres frères et sœurs. Enfin pour reprendre les paroles du prophète Isaïe dans la 1ère lecture, concernant le jeûne qui plaît à Dieu: «Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : […] N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, recueillir chez toi le malheureux sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t’accompagnera» (Is 58,7-8). Le jeûne a une dimension charitable, c’est aussi une offrande pour notre prochain, car l’amour authentique pour nos frères est indissociable de l’amour pour Dieu .

« Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. » (Ps 50 (51), 19)
Seigneur, viens changer notre esprit et notre cœur. Que le jeûne soit pour nous, une offrande pour Toi, un vrai moyen pour Te rencontrer, être proche de Toi, pour pouvoir mourir à nous-même et ressusciter avec Toi pendant ce Carême.

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

Inspiration : https://app.decouvrir-dieu.com/ et https://www.regnumchristi.fr/

CHANT

Esprit de lumière, esprit créateur

Viens Esprit du Dieu vivant, Renouvelle tes enfants,
Viens, Esprit Saint, nous brûler de ton feu !
Dans nos coeurs, répands tes dons, Sur nos lèvres inspire un chant,
Viens, Esprit Saint, viens transformer nos vies !

Esprit de lumière, Esprit Créateur,
Restaure en nous la joie, le feu, l’Espérance.
Affermis nos âmes, ranime nos coeurs,
Pour témoigner de ton amour immense.

Fortifie nos corps blessés,
Lave-nous de tout péché,
Viens, Esprit Saint, nous brûler de ton feu !
Fais nous rechercher la paix,
Désirer la sainteté,
Viens, Esprit Saint, viens transformer nos vies !

Esprit de lumière, Esprit Créateur,
Restaure en nous la joie, le feu, l’Espérance.
Affermis nos âmes, ranime nos coeurs,
Pour témoigner de ton amour immense.

Veni Sancte Spiritus
Veni Sancte Spiritus (bis)
Donne-nous la charité
Pour aimer en vérité,
Viens, Esprit Saint, nous brûler de ton feu !
Nous accueillons ta clarté
Pour grandir en liberté,
Viens, Esprit Saint, viens transformer nos vies !

Esprit de lumière, Esprit Créateur,
Restaure en nous la joie, le feu, l’Espérance.
Affermis nos âmes, ranime nos coeurs,
Pour témoigner de ton amour immense.

PREMIERE LECTURE

« Est-ce là le jeûne qui me plaît ? » (Is 58, 1-9a)

Lecture du Livre du Prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas !
Que s’élève ta voix comme le cor !
Dénonce à mon peuple sa révolte,
à la maison de Jacob ses péchés.
Ils viennent me consulter jour après jour,
ils veulent connaître mes chemins.
Comme une nation qui pratiquerait la justice
et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu,
ils me demandent des ordonnances justes,
ils voudraient que Dieu soit proche :
« Quand nous jeûnons,
pourquoi ne le vois-tu pas ?
Quand nous faisons pénitence,
pourquoi ne le sais-tu pas ? »
Oui, mais le jour où vous jeûnez,
vous savez bien faire vos affaires,
et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous.
Votre jeûne se passe en disputes et querelles,
en coups de poing sauvages.
Ce n’est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd’hui
que vous ferez entendre là-haut votre voix.
Est-ce là le jeûne qui me plaît,
un jour où l’homme se rabaisse ?
S’agit-il de courber la tête comme un roseau,
de coucher sur le sac et la cendre ?
Appelles-tu cela un jeûne,
un jour agréable au Seigneur ?
Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci :
faire tomber les chaînes injustes,
délier les attaches du joug,
rendre la liberté aux opprimés,
briser tous les jougs ?
N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim,
accueillir chez toi les pauvres sans abri,
couvrir celui que tu verras sans vêtement,
ne pas te dérober à ton semblable ?
Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et tes forces reviendront vite.
Devant toi marchera ta justice,
et la gloire du Seigneur fermera la marche.
Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ;
si tu cries, il dira : « Me voici. »

– Parole du Seigneur.

EVANGILE

Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant !     Gloire à toi, Seigneur !

« Des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront » (Mt 9, 14-15)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,
les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus
en disant :
« Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons,
tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit :
« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil
pendant le temps où l’Époux est avec eux ?
Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ;
alors ils jeûneront. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Méditation du Père Emmanuel Pic (RCF)

Nous n’avons pas tous la même manière de vivre la foi et de concevoir la vie spirituelle. C’est une évidence. Cela crée parfois une vraie difficulté : celle d’admettre qu’il existe différents chemins pour aller vers Dieu.

Jésus a été le disciple de Jean-Baptiste. Pourtant, il a vite pris son indépendance par rapport à son maître : alors que les disciples de Jean, comme les pharisiens, observent le jeûne, les siens ne jeûnent pas. Voilà qui interroge, et cela justifie une démarche vers Jésus pour obtenir des éclaircissements. On sent derrière la question des disciples de Jean-Baptiste plus qu’une simple curiosité : les pharisiens et nous sommes d’accord sur le fait qu’il faut jeûner. Pourquoi donc est-ce que tu n’en fais pas autant ?

La réponse de Jésus n’apporte pas seulement une explication. Elle est une interpellation. Elle oblige ses interlocuteurs à interroger leurs pratiques, à leur donner du sens. Pourquoi tenez-vous donc à jeûner ? demande Jésus. De qui donc portez-vous le deuil ? Quelle inquiétude est la vôtre ? Ne savez-vous pas que vous êtes invités à la noce, que le Seigneur verra en vous autre chose que vos fautes et votre péché, qu’il ne vient pas pour vous punir mais pour vous sauver ?

Écouter ce bref dialogue au début du carême devrait orienter le chemin que nous allons prendre. Quel sens allons-nous donner à ces quelques semaines ? Devons-nous en faire un triste chemin de pénitence ? Non, dit Jésus, mais plutôt un chemin de réjouissances, car il s’agit d’une montée vers Pâques. Se réjouir, bien sûr, ne signifie pas qu’on ne fera pas effort sur soi-même, qu’on ne s’efforcera pas de renforcer notre désir d’aller vers Dieu. Le bonheur n’est pas toujours le chemin le plus facile, mais il est le plus humain, c’est-à-dire celui qui s’accorde le plus à ce qui nous rend humains. Le carême n’est pas chemin de tristesse, mais chemin de bonheur.

Homélie du Père Maximin Noudehou

« Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. »

Le prophète Isaïe a reçu mission d’éveiller la conscience du Peuple de Dieu. La maison de Jacob excellait dans le formalisme, dans une religiosité sans cœur. Des structures de péché sont dissimulées sous une apparence d’obéissance à Dieu. Cette hypocrisie est doublée d’une accusation contre Dieu qui serait lointain, sourd, aveugle et injuste.
Aujourd’hui, le Seigneur veut que nous reconnaissions l’ampleur de notre iniquité qui affecte gravement l’amour fraternel. Il veut que nous soyons aujourd’hui son prophète pour desiller les yeux de son Peuple car nous ne sommes pas mieux que nos pères. Durant ce temps de Carême, le Seigneur ne veut pas que le jeûne soit pour nous une fin en soi. Il recommande que notre jeûne soit un moyen pour exprimer notre faim de justice, de libération et de vérité. Il demande que le jeûne soit un tremplin pour nous ouvrir à la charité, à la générosité et à la défense de la dignité humaine.
Vivre le Carême, c’est donner une chance à la fraternité.

Seigneur, viens changer mon cœur. Apprends-moi à savoir faire la différence entre la fin et les moyens. Que le jeûne soit pour moi un vrai moyen de me sacrifier et de Te rencontrer. Être proche de Toi est le but de ce Carême pour pouvoir mourir à moi-même et ressusciter avec Toi.

Paroles du Pape François

Le fait de mettre de côté la capacité de comprendre la révélation de Dieu, de comprendre le cœur de Dieu, de comprendre le salut de Dieu – la clé de la connaissance – nous pouvons dire que c’est un grave oubli. On oublie la gratuité du salut; on oublie la proximité de Dieu et on oublie la miséricorde de Dieu. Pour eux, Dieu est celui qui a fait la loi. Et ce n’est pas le Dieu de la révélation. Le Dieu de la révélation est Dieu qui a commencé à marcher avec nous depuis Abraham jusqu’à Jésus-Christ, Dieu qui marche avec son peuple. Et quand on perd cette relation de proximité avec le Seigneur, on tombe dans cette mentalité obtuse qui croit en l’autosuffisance du salut grâce à l’accomplissement de la loi.

Pape François, Homélie à Sainte-Marthe, 19 octobre 2017, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie





Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :