Que Ta Lumière brille à jamais

Bonjour les amis,

Aujourd’hui est un jour de fêtes, la fête de la chandeleur, d’abord, la fête de la lumière, quarante jours après Noël, qui clôt les solennités de l’incarnation de Dieu. Syméon, un vieillard vient à la rencontre de Jésus et le salua comme « la Lumière des Nations ». Nous fêtons aussi la présentation de Jésus au Temple car Jésus est présenté à nos yeux par Syméon comme le Messie du Seigneur. Mais c’est aussi fête de la Purification de Marie car nous sommes tous purifiés par celui qui vient enlever le péché du monde. Jésus est consacré à Dieu au Temple de Jérusalem et donc ce jour est aussi devenu la fête de tous les consacrés, hommes ou femmes, qui ont donné leur vie au Christ. Enfin c’est aussi la fête des messagers, la fête des anges, car en hébreu c’est le même mot : malak. C’est donc un grand jour qui mérite un beau temps de prière, un beau cœur à cœur avec Jésus, en nous inspirant des textes de la liturgie du jour (tirés du Magnificat) et en commençant par allumer une bougie ou un cierge :

Dieu éternel et tout-puissant, nous T’adressons cette humble prière : puisque ton Fils unique, ayant revêtu notre chair, fût en ce jour présenté dans le temple, fais que nous puissions nous aussi, avec une âme purifiée, nous présenter devant Toi. Par jésus-Christ, ton Fils.

Voici le Seigneur Dieu qui vient avec puissance ; il vient illuminer notre regard, alléluia.

Il y a 40 jours, nous célébrions dans la joie, la nativité du Seigneur. Voici maintenant arrivé le jour où Jésus fut présenter au Temple par Marie et Joseph, se conformant ainsi à la loi du Seigneur, mais, en vérité, il venait à la rencontre du peuple des croyants. En effet, le vieillard Syméon et la prophétesse Anne étaient venus au Temple, sous l’impulsion de l’Esprit Saint ; éclairés par ce même Esprit, ils reconnurent leur Seigneur dans le petit enfant et ils l’annoncèrent à tous avec enthousiasme. Il en va de même pour nous : rassemblés par l’Esprit, mettons en marche vers la maison de Dieu à la rencontre du Christ ; reconnaissons-le dans la fraction du pain, en attendant sa venue dans la gloire.

Seigneur Dieu, véritable lumière, source et foyer de la lumière éternelle, fais resplendir au cœur de tes fidèles la lumière qui jamais ne s’éteint ; donne à nous tous, et à ceux qui sont illuminés dans ce temple, de parvenir à la splendeur de ta gloire.

« Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen. » Cantique de Syméon (Luc 2, 29-32)

Nous rappelons ton amour, Seigneur, au milieu de ton temple ; sur toute la terre, ceux qui t’ont rencontré proclament ta louange : tu es toute justice.

En toute confiance, Seigneur, nous Te prions pour nos frères :
L’Eglise est invitée à évangéliser toutes les nations. Pour les missionnaires, pour celles et ceux qui ont choisi de consacrer leur vie à l’annonce de la Bonne Nouvelle, et de faire de leur vie un témoignage de l’amour de Dieu, nous Te prions.
La crise sanitaire montre que nous sommes tous vulnérables et fragiles; Elle a aussi créée tant de difficultés économiques et psychologiques. Pour que nos responsables aient le souci de la justice, et de la protection des plus faibles, Seigneur nous Te prions.
Avec Marie et Joseph, parents de Jésus, nous Te confions tous les parents qui ont des soucis avec leur enfant. Pour qu’ils gardent confiance et soient bien accompagnés, Seigneur, nous Te prions.
La profession de foi de Syméon interpelle la nôtre. Pour que nous tous baptisés, ravivions la flamme de notre foi et que chantions toujours mieux Ta louange, Seigneur, nous Te prions
Nous pensons à certains membres de notre communauté qui nous ont quitté dans l’espérance de la résurrection. Seigneur, que Ta Lumière brille à jamais sur eux dans la vie éternelle. Nous Te prions

Et finissons avec la bénédiction finale :
Frères et sœurs dans le Christ, Dieu nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière :  qu’il fasse grandir en vous la foi, l’espérance et la charité. Amen
Aujourd’hui, dans le Temple, le vieillard Syméon prophétise :  « Mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé à la face des peuples » : que Dieu fasse de nous, les témoins du Christ, notre Sauveur. Amen
Et quand nous parviendrons au terme de notre route, nous verrons celui que les peuples attendaient,  le Seigneur Jésus, ressuscité des morts,  Lumière des nations. Amen
Et que le Dieu tout-puissant vous bénisse et vous garde. Amen

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

CHANT

Christ est la lumière

Quittant la gloire de ton Ciel Tu es venu sur terre Fils aimé du Dieu Éternel Tes bras tu as ouvert
Ta grâce a bouleversé Le cours de notre humanité Nous crions ensemble, Victoire

Christ est la lumière du monde Que sa gloire couvre la terre
Puissance infinie qui libère Son nom est Saint, il est Saint, il est Saint

Nous, les fils et les filles du Roi Entonnons chaque jour Un hymne de gloire et de joie
Célébrant son amour Les nations de la terre S’inclineront devant le Père Chanteront ensemble, Victoire

Christ est la lumière du monde Que sa gloire couvre la terre
Puissance infinie qui libère Son nom est Saint, il est Saint, il est Saint

PREMIERE LECTURE

« Il lui fallait se rendre en tout semblable à ses frères » (He 2, 14-18)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair,
Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition :
ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance
celui qui possédait le pouvoir de la mort,
c’est-à-dire le diable,
    et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort,
passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.
    Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges,
c’est la descendance d’Abraham.
    Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères,
pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi
pour les relations avec Dieu,
afin d’enlever les péchés du peuple.
    Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion,
il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.
    – Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Mes yeux ont vu ton salut » (Lc 2, 22-40)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse
pour la purification,
les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem
pour le présenter au Seigneur,
selon ce qui est écrit dans la Loi :
Tout premier-né de sexe masculin
sera consacré au Seigneur.

Ils venaient aussi offrir
le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur :
un couple de tourterelles
ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon.
C’était un homme juste et religieux,
qui attendait la Consolation d’Israël,
et l’Esprit Saint était sur lui.
Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce
qu’il ne verrait pas la mort
avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple.
Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus
pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait,
Syméon reçut l’enfant dans ses bras,
et il bénit Dieu en disant :
« Maintenant, ô Maître souverain,
tu peux laisser ton serviteur s’en aller
en paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu le salut
que tu préparais à la face des peuples :
lumière qui se révèle aux nations
et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant
s’étonnaient de ce qui était dit de lui.
Syméon les bénit,
puis il dit à Marie sa mère :
« Voici que cet enfant
provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël.
Il sera un signe de contradiction
– et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – :
ainsi seront dévoilées
les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »
Il y avait aussi une femme prophète,
Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser.
Elle était très avancée en âge ;
après sept ans de mariage,
demeurée veuve,
elle était arrivée à l’âge de 84 ans.
Elle ne s’éloignait pas du Temple,
servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
Survenant à cette heure même,
elle proclamait les louanges de Dieu
et parlait de l’enfant
à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu’ils eurent achevé
tout ce que prescrivait la loi du Seigneur,
ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait,
rempli de sagesse,
et la grâce de Dieu était sur lui.

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Méditation du Pasteur Corinne Charriau (RCF)

Cette présentation de Jésus au temple est une rencontre entre plusieurs générations : celle d’Anne et Syméon, celle des parents de Jésus, celle de Jésus le nouveau-né. Luc nous raconte bien qu’Anne était fort avancée en âge mais il ne nous dit pas que Syméon était âgé. Cependant, le fait que l’Esprit Saint ait révélé à Syméon qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur, et aussi le fait que Syméon dise que Dieu peut le laisser partir en paix, ces faits peuvent nous orienter dans cette direction pour un âge avancé de Syméon.

J’aimerai avec vous m’arrêter sur le geste de Syméon. Tout d’abord, relevons que c’est Esprit qui permet cette rencontre. Luc précise d’ailleurs que l’Esprit Saint était sur Syméon. Syméon est présenté comme juste, et, comme celui qui attend la consolation d’Israël, il espère pour tout un peuple.

Luc détaille cette rencontre aussi dans la gestuelle : il raconte la mise en contact entre cet enfant qui réalise la promesse de Dieu, et un vieillard Syméon qui l’attendait. Si nous sommes attentifs au termes grecs employés, nous pouvons constater que Syméon ne prend pas le bébé dans les bras. Il le « reçoit » dans les bras. Nous pouvons aisément imaginer la scène parce que Luc la décrit. Syméon reçoit l’enfant dans ses bras, « dans ses bras ».

Non seulement Syméon peut s’écrier que ses yeux ont vu le salut, le Christ du Seigneur, qu’il a tant attendu, mais il le porte dans ses bras. C’est alors l’action de grâce qui jaillit de la bouche de Syméon. Et « maintenant » Dieu peut laisser son serviteur partir en paix. Ce « maintenant » est
important. C’est « le maintenant » du salut que Dieu a préparé face à tous les peuples que voient les yeux de Syméon.

Il a vu le salut et peut partir en paix, nous pouvons comprendre mourir dans la paix. Cet enfant est le signe du salut de Dieu. Le salut ne s’impose pas, il est à accueillir pour chacune et chacun de nous comme Syméon accueille l’enfant Jésus dans ses bras.

Homélie du Père Maximin Noudehou

« Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. »

Ne pas croire en l’Incarnation de Jésus, ne pas croire que notre Seigneur Jésus a réellement partagé notre condition humaine, c’est se refuser à Le reconnaître comme Sauveur. Car, étant donné que c’est dans cette condition humaine que nous subissons les assauts du diable, il fallait que notre rédemption se réalisât dans cette condition. La mort est la figure la plus marquante de la servitude de l’humanité. En Jésus, elle a perdu son venin. Nous n’avons plus du tout à craindre ni le diable ni la mort. Et pourtant, il y en a qui, par crainte de la mort, passent toute leur vie dans une situation d’esclaves : crainte de la mort sociale, crainte de la mort économique, crainte de la mort physique, etc. La mort en vient à mobiliser plus l’attention que Dieu. Et pourtant, le Juge s’est fait notre Avocat ; la Miséricorde s’est accaparée de notre misère.

Jésus est devenu le Frère de tout être souffrant.

Paroles du Pape François

Marie et Joseph se mettent en marche vers  Jérusalem; pour sa part, Siméon, poussé par l’Esprit, se rend au  Temple, tandis que Anne sert Dieu  jour et nuit sans relâche. De cette façon, les quatre protagonistes de ce passage de l’Evangile nous montrent que la vie chrétienne requiert du dynamisme et demande la disponibilité à marcher, en se laissant guider par l’Esprit Saint. (…)Le monde a besoin de chrétiens qui se laissent animer, qui ne se lassent pas de marcher sur les routes  de la vie, pour apporter à tous la parole réconfortante de Jésus.

Pape François, Angélus, 02 Février 2020, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie





Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :