Qu’elle est belle notre foi !

Chers amis,

C’est une des plus belles grâces du christianisme que de pouvoir s’appuyer sur des pierres de fondation qui y sont solidement posées depuis plus de vingt siècles. Parmi ces piliers sont les apôtres Pierre et Paul que la liturgie nous invite à fêter ensemble ce mercredi. La vie et le chemin de foi de ces deux apôtres est complexe et n’a pas été un long fleuve tranquille et rectiligne, et leur foi n’a pas été parfaite, mais en suivant la seule loi que Jésus nous demande de suivre, celle de l’amour, laissons-nous éclairer par les exemples et les enseignements que Pierre et Paul, chacun à leur manière, nous donnent.
L’amour de Paul d’abord. Jamais quelqu’un d’aussi actif n’a été autant contemplatif au point de clamer partout la certitude que si, sans la charité, tout le reste n’est rien, rien qu’airain qui sonne, l’amour, lui, est tout, et que rien ni personne, ni la mort, ni la vie, ni le présent, ni l’avenir ne pourra le séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ. Le feu de cet amour de Dieu, Paul n’aura de cesse de le répandre partout où il ira, partout où il brûle d’aller, partout où l’Esprit le pousse à aller, en disant par exemple aux Corinthiens, que l’amour ne passera jamais. Partout ailleurs, il dit aux Éphésiens, aux Galates, aux Philippiens, aux Colossiens, combien il importe d’avoir une seule âme dans un seul esprit (Ph 2,2), de suivre la voie de l’amour à l’exemple du Christ (Ep 5,2), en se supportant mutuellement et en se pardonnant les uns les autres (Col 3,13), car, en final, seule compte la foi opérant par la charité (Ga 5,6). Si on juge Paul au seul critère de la charité, on comprend pourquoi l’Église le regarde comme un de ses plus grands saints.
La personne et la vie de Simon Pierre sont tout aussi lumineuses. Dès le premier regard de Jésus sur lui, dès la première rencontre, mu par un élan d’amour, il se lève pour tout quitter et marcher à la suite de Jésus. Et comme il l’a dit : À qui d’autre irait-il, quand Jésus, le Christ, le Fils du Dieu vivant a les paroles de la vie éternelle (Jn 6,68 ; Mt 16,16) ? Ensuite, il ne pourra plus s’arrêter de parler de celui qui est son chemin, sa vérité et sa vie. Il y a une telle flamme d’amour dans ses paroles que de l’entendre, nous dit le Livre des Actes de apôtres, tous ont alors le cœur transpercé et lui disent :Que nous faut-il faire ? (Ac 2,37). Quand l’amour pour Dieu est vrai, il est toujours contagieux ! Et Pierre, n’a jamais cessé d’aimer ses frères, juifs mais aussi étrangers, païens, Romains, et il redit à tous l’exigence qu’il y a à aimer, sincèrement, encore et toujours (1 P 1,22). Comme Paul, il répète incessamment de conserver entre nous une grande charité, car la charité couvre une multitude de péchés (1 P 4,8). Ainsi, dit-il, devient-on participant de la Divinité (2 P 1,4). Il termine ainsi : Tenez l’amour patient de notre Seigneur pour salutaire comme notre cher frère Paul nous l’a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. Il le fait d’ailleurs dans toutes ses lettres où il parle de ces mêmes questions (2 P 3,15-16). Pierre et Paul savent bien, en effet, que là est la grande question. Et que dans nos vies aussi, il faut aimer. Et même qu’il suffirait d’aimer !
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. » Quelle est belle cette exclamation de Jésus ! Il s’émerveille du bien qu’il trouve en ses disciples et y reconnaît l’œuvre de son Père comme lors de la création : « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. » (Gn 1, 31). Pourtant la foi de Pierre n’est encore qu’une petite semence, pauvre, imparfaite, au milieu d’une mentalité qui devra être purifiée, mais elle est là ! Et le Christ sait la reconnaître et s’en émerveiller : « Heureux es-tu ! » Laissons le Christ regarder notre foi dans toute sa petitesse et laissons-le nous confirmer : « Quelle est belle ta foi ! Elle est l’œuvre de mon Père qu’il a semée en ton cœur. Continue à lui laisser plus de place pour quelle grandisse et produise du fruit en abondance. »
Seigneur Jésus, tu poses ton regard sur moi avec amour. Quelle émotion pour moi qui ait tant de mal à me donner de la valeur, et à trouver ma foi si fragile et mes écarts si nombreux. Accorde-moi de te laisser me regarder, de te laisser regarder tout de moi le beau et le moins beau et de m’aimer ainsi. Merci de me guider sur mon chemin de foi. Tu m’aides chaque jour à pénétrer en mon cœur et à y reconnaître l’action merveilleuse de ton Père. Avec toi, je veux louer ton Père pour son action en moi. Aide-moi à continuer à recevoir ce don de la foi et à le laisser grandir dans ma vie. Qu’elle soit sel et lumière dans ma vie et pour le monde.

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

D’après une belle méditation sur : https://www.alsace.catholique.fr/vie-chretienne/prier/homelies-abbe-link/

CHANT

S’il me manque l’amour

Si je parlais toutes les langues des anges Si je chantais pour les grands, les rois
Si je savais expliquer les songes, sans amour, je ne suis rien !
J’aurais beau prophétiser sur les mystères Maîtriser toutes les sciences de la terre
Avoir toutes connaissances, et bienveillances, sans amour, je ne suis rien !

Ton Amour a relevé le monde entier Aucun homme dans Ton cœur n’est oublié
A la fin des temps quand tout disparaîtra Ton Amour jamais ne passera !

J’aurais beau donner tout ce que je possède Donner toute ma fortune aux affamés
J’aurai beau tenir tous les plus beaux discours, sans amour, je ne suis rien !
Je ne serai rien qu’un cuivre qui résonne Rien de plus qu’une cymbale qui retentit
Même en souffrant le martyr pour obéir sans amour, je ne suis rien !

Permets moi de n’être jamais loin de Tes bras De vivre les mains ouvertes devant Toi
Attendant que Tu me donnes, le secret de Ton cœur : en Ton Amour, je suis Tien

PREMIERE LECTURE

« Vraiment, je me rends compte maintenant que le Seigneur m’a arraché aux mains d’Hérode » (Ac 12, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

À cette époque,
le roi Hérode Agrippa
se saisit de certains membres de l’Église pour les mettre à mal.
Il supprima Jacques, frère de Jean,
en le faisant décapiter.
Voyant que cette mesure plaisait aux Juifs,
il décida aussi d’arrêter Pierre.
C’était les jours des Pains sans levain.
Il le fit appréhender, emprisonner,
et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ;
il voulait le faire comparaître devant le peuple
après la Pâque.
Tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison,
l’Église priait Dieu pour lui avec insistance.
Hérode allait le faire comparaître.
Or, Pierre dormait, cette nuit-là,
entre deux soldats ;
il était attaché avec deux chaînes
et des gardes étaient en faction
devant la porte de la prison.
Et voici que survint l’ange du Seigneur,
et une lumière brilla dans la cellule.
Il réveilla Pierre en le frappant au côté et dit :
« Lève-toi vite. »
Les chaînes lui tombèrent des mains.
Alors l’ange lui dit :
« Mets ta ceinture et chausse tes sandales. »
Ce que fit Pierre.
L’ange ajouta : « Enveloppe-toi
de ton manteau et suis-moi.»
Pierre sortit derrière lui,
mais il ne savait pas que tout ce qui arrivait grâce à l’ange
était bien réel ;
il pensait qu’il avait une vision.
Passant devant un premier poste de garde,
puis devant un second,
ils arrivèrent au portail de fer donnant sur la ville.
Celui-ci s’ouvrit tout seul devant eux.
Une fois dehors, ils s’engagèrent dans une rue,
et aussitôt l’ange le quitta.
Alors, se reprenant, Pierre dit :
« Vraiment, je me rends compte maintenant
que le Seigneur a envoyé son ange,
et qu’il m’a arraché aux mains d’Hérode
et à tout ce qu’attendait le peuple juif. »

Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Tu es Pierre, et je te donnerai les clés du royaume des Cieux » (Mt 16, 13-19)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe,
demandait à ses disciples :
« Au dire des gens,
qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent :
« Pour les uns, Jean le Baptiste ;
pour d’autres, Élie ;
pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda :
« Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je? »
Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou sur la première lecture

« Et voici que survint l’ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. Il réveilla Pierre en le frappant au côté et dit : « Lève-toi vite. » Les chaînes lui tombèrent des mains. Alors l’ange lui dit : « Mets ta ceinture et chausse tes sandales. » Ce que fit Pierre. L’ange ajouta : « Enveloppe-toi de ton manteau et suis-moi. » »
Hérode Agrippa voulait soigner sa popularité. La communauté chrétienne naissante, ne jouissant plus de l’estime du peuple, il fit exécuter Jacques. L’approbation populaire l’incita à s’en prendre aussi à Pierre. Mais, « tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison, l’Église priait Dieu pour lui avec insistance. » Sa prière fut exaucée. Pierre fut libéré par un ange de Dieu.
L’Église est souvent le souffre-douleur des autorités en mal de popularité. Elles s’acharnent sur elle pour améliorer leur cote de popularité. Car, le monde a de la haine contre les disciples du Christ. (Cf. Jean 17, 14.16) Les persécutions rappellent à l’Église qu’elle n’est pas de ce monde. Elle ne peut donc s’appuyer que sur son Dieu. La prière fervente est une expression de ce recours confiant au Seigneur. Comme nous le remarquons, le Seigneur ne reste pas sourd à la supplication de son Peuple. Il continue d’envoyer ses anges manifester sa grâce de libération… Nous gagnons alors à persévérer dans la prière. De plus, la prière de la communauté, pour ses pasteurs, leur est bénéfique. Il est dans l’intérêt de toute la communauté que nous priions pour nos pasteurs, particulièrement quand ils sont aux prises avec le Mauvais et, surtout, quand eux-mêmes n’ont peut-être pas la force de persévérer dans la prière… (Cf. Jean 17, 15)_
La prière saute tous les verrous.
Dans quelle mesure soutiens-tu spirituellement les pasteurs de l’Église ?
Seigneur notre Dieu, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, de Saint Joseph et des Saints Apôtres Pierre et Paul, délivre nos pasteurs de la tourmente et affermis ton Église.

Paroles du Pape François

Combien de forces, au long de l’histoire, ont cherché – et cherchent – à anéantir l’Église, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais elles sont toutes anéanties et l’Église reste vivante et féconde! Elle reste inexplicablement solide (…) Tout passe, seul Dieu reste. En effet, ils ont passé des royaumes, des peuples, des cultures, des nations, des idéologies, des puissances, mais l’Église, fondée sur le Christ, malgré beaucoup de tempêtes et nos nombreux péchés, reste fidèle au dépôt de la foi dans le service, parce que l’Église n’est pas l’Église des Papes, des évêques, des prêtres et non plus des fidèles, elle est seule et seulement du Christ.

Pape François, Homélie, 29 juin 2015, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur. et donne la paix à notre temps: soutenus par ta miséricorde, nous serons libérés de tout péché, à l’abri de toute épreuve, nous qui attendons que se réalise cette bienheureuse espérance: l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph, toi que la grâce divine a comblée.
Le Sauveur a reposé dans tes bras et grandi sous tes yeux.
Tu es béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de ta virginale épouse est béni.
Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
prie pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail jusqu’à nos derniers jours
et daigne nous secourir à l’heure de notre mort.
Amen.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :