Petite leçon de gestion des conflits

Chers amis,

La Parole du jour et l’actualité nous invite à regarder aujourd’hui comment Jésus gère les conflits. Les conflits font partie de la vie sociale et communautaire et donc de la vie de Jésus. Ils sont inévitables et Jésus ne cherche d’ailleurs pas à les éviter, mais il les gère. Conflit signifie étymologiquement « le fait de lutter ensemble ». Un conflit est une opposition de point de vue, de ressentis ou d’intérêts, mais un conflit n’est pas forcément violent et peut se résoudre de manière totalement pacifique. Un conflit n’est pas nécessairement négatif mais peut-être très constructeur et purificateur. Il y a de nombreux livres sur le sujet mais Jésus est un bel exemple de gestion de ces situations.
Regardez d’abord les différentes oppositions en Jésus et Pierre par exemple. Jésus se montre toujours didactique, patient mais aussi très ferme en particulier au moment du lavement des pieds (Jn 13,6-9). Il ne s’impose pas, ne se montre pas autoritaire mais le fait entrer avec patience et amour dans une autre logique, dans une autre manière voir et donc à une conversion celle de serviteur.
Le premier conflit avec les 2 fils de Zébédée que nous voyons aujourd’hui, se situe en Samarie dans un village qui refuse de recevoir Jésus. Ils veulent se servir du pouvoir reçu de Jésus pour montrer leur puissance (Lc 9, 54-55). Ils les corrigent et les invitent fermement à changer d’attitude.
L’Evangile du jour nous propose le second affrontement. Jésus ne leur fait aucune réprimande mais Il dialogue pour les amener à revoir leur ambition. Face aux disciples furieux, Jésus réunit tout le monde, il ne fait pas la morale, mais les invite à changer leur mentalité ou le prenant lui pour exemple «  Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »
Fermeté, Vérité, exemplarité, patience sont les bases de la gestion de conflits de Jésus et permet en priorité de désamorcer toute volonté de supériorité, de jalousie. Ainsi formés, et inspirés par l‘Esprit-Saint reçu à la Pentecôte, les disciples géreront les conflits des premières communautés chrétiennes. Encore aujourd’hui, c’est l’Esprit du Seigneur qui doit nous inspirer car il nous permet de nous dire clairement les choses, de nous écouter avec patience et bienveillance, d’essayer de nous entendre, et de tenter humblement de prendre des décisions justes.
« L’homme acquiert sa plénitude à travers le service et le don désintéressé aux autres » (Vatican II). Dans ces situations, nous pouvons avoir l’impression de donner notre vie, alors qu’en vérité nous la trouvons. Dans cette manière de vivre, notre modèle est le Christ lui-même.
Alors quelles sont nos priorités ? Nous faire un nom, une place en le monde, au besoin en commandant ou en utilisant le pouvoir, ou bien devenir le serviteur de tous dans la discrétion et la véritable humilité, en ne cherchant rien d’autre que de donner notre vie, jour après jour, dans l’oubli de nous-même ?
Être serviteur, esclave est hors de portée de notre pauvre volonté. En ce temps de Carême, nous devons implorer, espérer et désirer intensément la grâce de ces dons.

« Quiconque risque, le Seigneur ne le déçoit pas » (Pape François)

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

PREMIERE LECTURE

« Allons, attaquons-le » (Jr 18, 18-20)

Lecture du livre du Prophète Jérémie

Mes ennemis ont dit :
« Allons, montons un complot contre Jérémie.
La loi ne va pas disparaître par manque de prêtre,
ni le conseil, par manque de sage,
ni la parole, par manque de prophète.
Allons, attaquons-le par notre langue,
ne faisons pas attention à toutes ses paroles. »
Mais toi, Seigneur, fais attention à moi,
écoute ce que disent mes adversaires.
Comment peut-on rendre le mal pour le bien ?
Ils ont creusé une fosse pour me perdre.
Souviens-toi que je me suis tenu en ta présence
pour te parler en leur faveur,
pour détourner d’eux ta colère.

Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Ils le condamneront à mort » (Mt 20, 17-28)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus, montant à Jérusalem,
prit à part les Douze disciples
et, en chemin, il leur dit :
« Voici que nous montons à Jérusalem.
Le Fils de l’homme sera livré
aux grands prêtres et aux scribes,
ils le condamneront à mort
et le livreront aux nations païennes
pour qu’elles se moquent de lui,
le flagellent et le crucifient ;
le troisième jour, il ressuscitera. »
Alors la mère des fils de Zébédée
s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean,
et elle se prosterna pour lui faire une demande.
Jésus lui dit :
« Que veux-tu ? »
Elle répondit :
« Ordonne que mes deux fils que voici
siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche,
dans ton Royaume. »
Jésus répondit :
« Vous ne savez pas ce que vous demandez.
Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? »
Ils lui disent :
« Nous le pouvons. »
Il leur dit :
« Ma coupe, vous la boirez ;
quant à siéger à ma droite et à ma gauche,
ce n’est pas à moi de l’accorder ;
il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »
Les dix autres, qui avaient entendu,
s’indignèrent contre les deux frères.
Jésus les appela et dit :
« Vous le savez :
les chefs des nations les commandent en maîtres,
et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi :
celui qui veut devenir grand parmi vous
sera votre serviteur ;
et celui qui veut être parmi vous le premier
sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi,
mais pour servir,
et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou sur la première lecture

« Allons, montons un complot contre Jérémie. La loi ne va pas disparaître par manque de prêtre, ni le conseil, par manque de sage, ni la parole, par manque de prophète. Allons, attaquons-le par notre langue, ne faisons pas attention à toutes ses paroles. »
Le prophète Jérémie est confronté à la persécution en raison de sa fidélité au Seigneur. Ses ennemis ne se font aucun scrupule. Leur plan est de porter contre lui de faux témoignages. Leur seule préoccupation, c’est sa perte. Et pour eux, sa disparition ne portera préjudice à personne.
Ce temps de Carême est, pour nous, le temps favorable pour méditer sur la portée de nos paroles, les motivations de nos prises de position et notre rapport à la Vérité…
Jérémie se tourne alors vers Dieu. Il s’en remet à Lui et attend qu’Il manifeste sa justice en sa faveur : « Souviens-toi que je me suis tenu en ta présence pour te parler en leur faveur, pour détourner d’eux ta colère. » Jérémie est de toute cette foule d’envoyés de Dieu et de témoins qui ont subi la persécution et sont restés fidèles au Seigneur. Cet acharnement contre le juste sera récapitulé en Jésus-Christ. Les témoins d’aujourd’hui, ceux qui s’efforcent de demeurer fidèles au Seigneur, n’échappent pas à cette persécution sous toutes ses formes… La seule bonne attitude sera toujours de trouver refuge dans le Seigneur, Lui qui, malgré les apparences, n’abandonne jamais les siens.
Tout vrai disciple du Seigneur subit ces assauts des ennemis de Dieu.
De quel côté es-tu ?

Seigneur, puissions-nous, avec détermination, être tes prophètes, aujourd’hui, sans craindre les persécutions.

Paroles du Pape François

Jésus sait que Jacques et Jean sont animés par un grand enthousiasme pour Lui et pour la cause du Royaume, mais il sait également que leurs attentes et leur zèle sont entachés par l’esprit du monde. Cela revient à dire: à présent suivez-moi et apprenez le chemin de l’amour «à perte», et c’est le Père céleste qui pensera à la récompense. La voie de l’amour est toujours «à perte», parce qu’aimer signifie mettre de côté l’égoïsme, l’autoréférentialité, pour servir les autres. La voie du service est l’antidote le plus efficace contre la maladie de la recherche des premières places.

Pape François, Angélus, 21 octobre 2018, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur. et donne la paix à notre temps: soutenus par ta miséricorde, nous serons libérés de tout péché, à l’abri de toute épreuve, nous qui attendons que se réalise cette bienheureuse espérance: l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph, toi que la grâce divine a comblée.
Le Sauveur a reposé dans tes bras et grandi sous tes yeux.
Tu es béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de ta virginale épouse est béni.
Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
prie pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail jusqu’à nos derniers jours
et daigne nous secourir à l’heure de notre mort.
Amen.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :