La grâce de Dieu est offerte au pécheur

Chers amis,

Décider de marcher avec Jésus commence par reconnaître notre situation de pauvre et de pécheurs. Nous sommes alors, comme Lévi, disponibles à l’appel du Seigneur. C’est reconnaitre que nous avons besoin de Jésus et que nous devons le laisser transformer notre vie.
Dans ce nouveau départ avec Jésus, il est important de se souvenir des moments fondateurs dans lesquels nous avons rencontré le Seigneur, où il a posé sur nous son regard, où nous avons compris qu’il nous aimait, où il nous a appelés, et où enfin nous lui avons répondu, nous mettant à sa suite. Ce parcours est bien sûr personnel pour chacun de nous. Les étapes peuvent être différentes d’une personne à une autre, mais il est bon de se les remémorer pour pouvoir refaire, plus consciemment et plus pleinement, le choix de suivre Jésus. Après avoir ravivé notre désir, après nous être libérés de nos fausses sécurités, nous pouvons nous mettre en route avec une joie renouvelée et aussi humilité sur le chemin de la vie. Bien sûr nous ne sommes pas des disciples « idéaux », mais c’est ce que nous sommes, avec nos imperfections, nos impuretés, que Jésus est venu réconcilier avec lui.
Béni sois-tu, Seigneur Jésus, d’être venu marcher avec moi lorsque je me suis égaré et d’avoir croisé mon regard. Béni sois-tu pour ton appel que tu renouvelles chaque jour, alors même que je cherche obstinément à avancer avec mes simples forces, au prix parfois de pensées inavouables sur moi-même, dont j’ai décidé de jeûner pendant ce carême. Sanctifie mes pensées et mes paroles par ton Esprit. Donne-moi pendant ce carême la grâce d’une vraie disponibilité à ce que tu voudras me faire vivre. Viens encore me surprendre comme au premier jour de notre rencontre, prends autorité sur toutes mes résistances, mes peurs, mes enfermements, et donne-moi la force dans l’Esprit de “tout abandonner, de me lever et de me mettre à ta suite”. Que je puisse alors te rendre grâce de tout mon cœur, à te faire la fête avec tout mon être et m’offrir à toi dans la joie et la fraîcheur d’un nouveau départ pour la grande aventure de la vraie vie, une vie d’amour, de justice et de miséricorde...

 » Écoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux. Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu, sauve ton serviteur qui s’appuie sur toi. Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j’appelle chaque jour. Seigneur, réjouis ton serviteur : vers toi, j’élève mon âme ! Toi qui es bon et qui pardonnes, plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent, écoute ma prière, Seigneur, entends ma voix qui te supplie.
Montre-moi ton chemin, Seigneur, que je marche suivant ta vérité.  »
(Ps 85 (86), 1-2, 3-4, 5-6, 11a)

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

CHANT

Chant : Combien de fois

Combien de fois tu as plongé quand je me noyais ?
combien de fois tu as veillé quand je t’oubliais?
Combien de fois
Combien de fois
 
Combien de fois tu m’as guidé dans l’obscurité ?
Combien de fois tu m’as porté quand je m’effondrais ?
Combien de fois
Combien de fois
 
Jamais mon cœur ne pourra répondre à cela
Mais je vivrai dans la Foi Mon Dieu car Tu es là
À chaque fois
À chaque fois
 
Mène moi au cœur du Père où brille Ta lumière
Guide moi en ce lieu Saint aux creux de Tes mains
Où je suis tien
Où je suis tien

PREMIERE LECTURE

« Si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, ta lumière se lèvera dans les ténèbres » (Is 58, 9b-14)

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :
Si tu fais disparaître de chez toi
le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante,
si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires,
et si tu combles les désirs du malheureux,
ta lumière se lèvera dans les ténèbres
et ton obscurité sera lumière de midi.
Le Seigneur sera toujours ton guide.
En plein désert, il comblera tes désirs
et te rendra vigueur.
Tu seras comme un jardin bien irrigué,
comme une source où les eaux ne manquent jamais.
Tu rebâtiras les ruines anciennes,
tu restaureras les fondations séculaires.
On t’appellera : « Celui qui répare les brèches »,
« Celui qui remet en service les chemins ».
Si tu t’abstiens de voyager le jour du sabbat,
de traiter tes affaires pendant mon jour saint,
si tu nommes « délices » le sabbat
et déclares « glorieux » le jour saint du Seigneur,
si tu le glorifies, en évitant
démarches, affaires et pourparlers,
alors tu trouveras tes délices dans le Seigneur ;
je te ferai chevaucher sur les hauteurs du pays,
je te donnerai pour vivre l’héritage de Jacob ton père.
Oui, la bouche du Seigneur a parlé.

Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent » (Lc 5, 27-32)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc

En ce temps-là,
Jésus sortit et remarqua un publicain
(c’est-à-dire un collecteur d’impôts)
du nom de Lévi
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
Abandonnant tout,
l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ;
il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens
attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient
en disant à ses disciples :
« Pourquoi mangez-vous et buvez-vous
avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit :
« Ce ne sont pas les gens en bonne santé
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes
mais des pécheurs,
pour qu’ils se convertissent. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Homélie du Père Maximin Noudehou sur la première lecture

« Oui, la bouche du Seigneur a parlé. »

Les exhortations de Seigneur, à l’égard de son peuple, sont précises, concrètes, cohérentes et incisives. Il attend des œuvres de miséricorde, alliant l’amour du prochain et l’amour de Dieu. « Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux, […] Si tu t’abstiens de voyager le jour du sabbat, de traiter tes affaires pendant mon jour saint, si tu nommes « délices » le sabbat et déclares « glorieux » le jour saint du Seigneur, si tu le glorifies, en évitant démarches, affaires et pourparlers, » les récompenses ne se feront pas attendre. Elles sont, également, précises et abondantes. Elles élèvent et rendent encore plus généreux. Elles font faire l’expérience de l’infinie Bonté divine : « Le Seigneur sera toujours ton guide. En plein désert, il comblera tes désirs et te rendra vigueur. […] Alors tu trouveras tes délices dans le Seigneur. »

En nous efforçant de vivre une authentique relation d’amour et de don généreux de soi, nous en sommes les premiers bénéficiaires. Notre existence en devient lumineuse ; nous sommes rendus capables de transformer notre terre pour la rendre plus habitable et plus fraternelle. Et nous nous faisons plus proches de notre Dieu. Pour y parvenir, il nous faut, d’abord, accepter d’écouter le Seigneur. Il nous faut renoncer, dès à présent, à nos résolutions et modes de fonctionnement pour nous disposer à la Volonté de Dieu. En précisant que ces paroles viennent du Seigneur, le prophète nous invite, en effet, à y prêter l’oreille, à y accorder crédit et à y obéir.
Vivre le carême, c’est recevoir le Seigneur comme guide.
Qu’est-ce qui motive tes résolutions pour ce Carême ?

Montre-moi ton chemin, Seigneur, que je marche suivant ta vérité. (Ps 85, 11a)

Paroles du Pape François

En appelant Matthieu, Jésus montre aux pécheurs qu’il ne regarde pas leur passé, leur condition sociale, les conventions extérieures, mais ouvre plutôt les portes à un avenir nouveau. Un jour, j’ai entendu un beau dicton : « Il n’y a pas de saint sans passé et il n’y a pas de pécheur sans avenir ». C’est ce que fait Jésus. Il n’y a pas de saint sans passé, ni de pécheur sans avenir. Il suffit de répondre à l’invitation avec le cœur humble et sincère. L’Église n’est pas une communauté de parfaits, mais de disciples en chemin, qui suivent le Seigneur car ils se reconnaissent pécheurs et ayant besoin de son pardon. La vie chrétienne est par conséquent une école d’humilité qui nous ouvre à la grâce.

Pape François, Audience générale, 13 avril 2016, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur. et donne la paix à notre temps: soutenus par ta miséricorde, nous serons libérés de tout péché, à l’abri de toute épreuve, nous qui attendons que se réalise cette bienheureuse espérance: l’avènement de Jésus Christ, notre Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie

Je vous salue, Marie, pleine de grâce(s) ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen

Prière à Joseph

Je te salue Joseph, toi que la grâce divine a comblée.
Le Sauveur a reposé dans tes bras et grandi sous tes yeux.
Tu es béni entre tous les hommes, et Jésus, l’Enfant divin de ta virginale épouse est béni.
Saint Joseph donné pour père au Fils de Dieu,
prie pour nous dans nos soucis de famille, de santé et de travail jusqu’à nos derniers jours
et daigne nous secourir à l’heure de notre mort.
Amen.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :