Dignes de confiance

Bonjour les amis,

Seigneur Jésus, ouvre mon cœur et mon intelligence pour découvrir davantage ton Amour. Éloigne de moi toute distraction ou inquiétude, fais le silence en moi, que je puisse  me concentrer quelques instants. Aide-moi à me mettre « en mode avion » pour me connecter totalement à ton Évangile, ta Parole vivante.

Nous pourrions commencer ce moment de prière en relisant le partage d’hier : https://viefraternelle.fr/2020/11/06/batissons-des-cathedrales-damour/

« Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. »
Le message de Jésus résonne ainsi en moi : servir Dieu seul dans les petites choses comme dans les grandes.
Saint Ignace de Loyola nous éclaire beaucoup sur cette façon de vivre : il faut utiliser les créatures dans la mesure où elles nous unissent à Dieu. Si les créatures détournent notre regard de Dieu et nous font servir un autre maître, alors il est nécessaire de s’en détacher. Jésus nous invite à n’avoir pour maître que Dieu seul. Notre vie, tout ce qui nous entoure, ce que nous possédons ne doit pas être méprisé mais doit être utilisé comme moyen pour mieux servir le Christ comme il nous l’explique au début du texte du jour : « Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. ». Tous les petites et les grandes choses de notre vie doivent irradier l’amour de Dieu.

Jésus nous confie chaque jour de petites choses pour nous préparer, si nous nous montrons dignes de confiance, à nous en confier de plus grandes.
Alors, prenons le temps de méditer, sincèrement, à la lumière de Dieu, la manière dont nous administrons tout ce qui nous est confié chaque jour. Bien sûr, l’argent, les biens matériels qui nous sont confiés par Dieu pour que nous les mettions à son profit pour faire grandir son Royaume, pour servir son Amour, dans la mesure bien sûr de nos possibilités et notre situation, mais aussi dans toutes nos petites responsabilités de chaque jour.
Pour Dieu, tout  est important dans notre vie, chaque petite chose. Alors, mettons de l’amour et de la joie dans chacune de nos actions même les plus petites, dans la préparation des repas, lorsque nous passons l’aspirateur, en repassant le linge, dans chaque petite tache quotidienne, et aussi chacun de nos regards, chaque bonjour, pour être de véritables et authentiques serviteurs de Dieu.

« Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère. Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit. Tu le sais, ô mon Dieu ! Pour t’aimer sur la terre, je n’ai rien qu’aujourd’hui ! » (Sainte Thérèse de Lisieux, poésie n°5)

Est-ce que nous nous montrons dignes de confiance par rapport aux responsabilités que nous recevons, dans notre famille, notre travail, nos engagements ? Jusqu’où permettons-nous à Jésus de nous faire confiance ?

St Ignace nous invite à relire chaque soir notre journée, en repensant à 3 événements de la journée, pas forcément des grandes choses, un regard croisé, un rayon de soleil, en nous replongeant dans l’émotion du moment, en nous remémorant comment cela nous a nourri ou donné de l’énergie ou de la joie, en y voyant clairement la présence de Dieu et en Le bénissant. En faisant cela chaque soir, nous apprenons à vivre de plus en plus en lien étroit avec le Seigneur sans oublier que Dieu voit tout, même les pensées les plus cachées, et que l’important est de plaire en tout à Dieu, notre Père, que nous devons servir par amour, et sans jamais oublier que «Dieu seul est Dieu» (Benoît XVI).

« Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, et tout ce qui concourt au bien des autres concourt à notre propre bien. »
Demandons l’aide de l’Esprit Saint pour qu’il travaille à nous libérer intérieurement de ce qui ferme notre cœur, pour faire fructifier l’Amour dans notre cœur, que Dieu prenne toute Sa place en nous et dans chaque petite chose de notre vie, et que nous soyons dignes de confiance que Dieu a mis en nous.
Que nous choisissions de vivre chaque instant, chaque relation dans la Lumière, l’Amour et La Joie du Seigneur, pour toujours plus et toujours mieux servir Dieu et nos frères.
Confions-nous à Marie dont le cœur est resté tout entier remis à Dieu.

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

CHANT

J’essayerai encore

Comme l’enfant jouant sur le sable Croyant qu’il peut vider la mer Je me tiens devant l’inexprimable L’Amour plus grand que l’univers

Tu es Dieu Éternel et Infini
Tu es Dieu Qu’aucun mot ne peut décrire
Mais j’essayerai encore

Qui saurait dessiner Ta grandeur ? Qui pourrait dire Ta beauté ? Des millions d’anges louent Ta splendeur Mais tu te plais à m’écouter

J’essayerai encore J’essayerai encore Mes mots sont imparfaits Mais je continuerai
J’essayerai encore J’essayerai encore Oui pour l’éternité Nos chants vont résonner

Dieu que ma pensée ne peut cerner
Mes mots s’épuisent à te saisir
Mais quand je contemple ta beauté
Mon cœur ne peut les contenir

EVANGILE

« Si vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? » (Lc 16, 9-15)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Moi, je vous le dis :
Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête,
afin que, le jour où il ne sera plus là,
ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose
est digne de confiance aussi dans une grande.
Celui qui est malhonnête dans la moindre chose
est malhonnête aussi dans une grande.
Si vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête,
qui vous confiera le bien véritable ?
Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance,
ce qui vous revient, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres :
ou bien il haïra l’un et aimera l’autre,
ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre.
Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »
Quand ils entendaient tout cela, les pharisiens,
eux qui aimaient l’argent,
tournaient Jésus en dérision.
Il leur dit alors :
« Vous, vous êtes de ceux qui se font passer pour justes
aux yeux des gens,
mais Dieu connaît vos cœurs ;
en effet, ce qui est prestigieux pour les gens
est une chose abominable aux yeux de Dieu. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Méditation du Père François Lestang (RCF)

« Faites-vous des amis ». Ce que Jésus donne ici comme impératif, on le retrouve dans la dernière nuit qu’il a passée parmi les siens. Après leur avoir lavé les pieds, il leur déclare : « je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père ». Le chemin de Jésus est celui de la confiance, de la confidence, de l’amitié ; il veut que nous soyons ses amis, et que nous nous fassions des amis.
Avec un vrai ami, on partage des souvenirs, des moments forts, des projets, des valeurs ; pour lui, on est prêt à partir loin de chez soi s’il en est besoin, quoi qu’il en coûte. Ce départ loin de chez soi, c’est bien ce que Jésus a fait pour nous, quittant la perfection de l’amour entre Père, Fils et Esprit Saint pour venir nous rencontrer ; en venant parmi nous, il a dépensé sans compter, pour nous, jusqu’à donner sa vie. C’est là « ce qu’il a entendu de son Père », ce don total, cette amitié qui se dépense sans compter.
« Faites-vous des amis ». Seigneur Jésus, tu connais mes logiques internes, ce qui a du prix à mes yeux et ce qui n’en a pas ; je t’en prie, viens me tourner résolument vers ta manière de faire, pour me donner aux autres comme tu t’es donné, toi qui nous as révélé le Père.

Homélie du Père Maximin Noudehou

« Dieu connaît vos cœurs. »
Jésus apprend à ces auditeurs à discerner. « Moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. » Ainsi, l’essentiel, c’est d’accéder aux demeures éternelles. Ce Salut ne peut se réaliser dans le mépris des autres. Tout le reste, à commencer par l’argent, ne constitue que des moyens.
Nous avons donné à l’argent une place prépondérante dans notre existence, dans nos relations interpersonnelles. Le Seigneur ne nous demande pas de nous en débarrasser : Il nous demande d’en faire un juste usage. Le danger est d’en devenir esclave. Le danger est que l’argent devienne notre idole. « Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. » Cela veut dire que notre cœur ne peut être partagé ;  cela veut dire qu’un choix s’impose et que ce choix dispose ou indispose.
La dépendance est inévitable.
À qui es-tu soumis(e) ?

« Dieu connaît vos cœurs. »
Il est dit généralement que qui peut le plus peut le moins. Jésus inverse la donne. « Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? »
Autrement dit, dans la vie spirituelle, qui peut le moins peut le plus.
Avec Dieu, le meilleur reste toujours à venir. Il nous inscrit dans une dynamique d’apprentissage, une logique d’initiation. Nous sommes appelés à faire preuve d’héroïsme dans les choses les plus ordinaires. Ainsi, nous serons reconnus familiers des grandes œuvres. Car, la fidélité l’emporte sur les coups d’éclats. La constance seule donne la croissance. Comme les petits ruisseaux font les grands fleuves, l’exercice quotidien garantit les grandes victoires. L’attention aux choses simples est un signe de grandeur, de noblesse. Il ne pousse point d’herbe là où les pas sont répétés.
Aujourd’hui détermine l’éternité.
Habite le présent avec Dieu.

Seigneur, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, apprends-moi le chemin de la fidélité.

Paroles du Pape François

A travers cet enseignement, Jésus nous exhorte aujourd’hui à faire un choix clair entre l’esprit du monde et Lui, entre la logique de la corruption, de l’abus et de l’avidité et celle de la rectitude, de la douceur et du partage. Certains se comportent avec la corruption comme avec les drogues: ils pensent pouvoir l’utiliser et arrêter quand ils veulent. On commence par peu de choses: un pourboire par-ci, un pot-de-vin par-là… Et entre l’un et l’autre, lentement, on perd sa liberté.

Angélus 18 septembre 2016 – d’après https://www.vaticannews.va/fr/evangile-du-jour.html

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie





Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :