Laudato Si’3 : Notre maison commune …

3ième jour de la neuvaine pour la Semaine Laudato Si’ : Ensemble, construisons un monde meilleur

Tu nous dis …

Notre maison commune est comme une sœur avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts(§1).

Si nous nous approchons de la nature et de l’environnement sans cette ouverture à l’étonnement et à l’émerveillement, si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats (§11).

(extraits de l’Encyclique Laudato Si’ du Pape François, 2015)

Rendons grâce …

Loué sois-Tu Seigneur du monde / Laudato si’ ô mi Signore

L’univers qui nous entoure, Le soleil levant, le sable,
L’eau, le feu et les étoiles Chantent l’hymne de Ta gloire !…


Notre Terre soeur et mère, Fleurs et fruits, montagnes et neiges,
Les ténèbres et la lumière Chantent l’hymne de Ta gloire.

Ceux qui naissent et ceux qui meurent, Ceux qui crient et ceux qui souffrent,
Ceux qui vivent et qui espèrent, Chantent l’hymne de Ta Gloire

Vivre et agir … Témoignage et points de repères

Dominer la Création, cela signifie l’exploiter pour les besoins de tous… sans la gâcher pour ceux qui l’habiteront demain.
C’est le sens de la mission que Dieu confie à l’homme et la femme quand il leur dit :  » Emplissez la terre et soumettez-la ! « 
L’être humain n’est pas le maître absolu de la création. Il a le droit d’en user mais pas d’en abuser.

Relisons le livre du Lévitique 25v11 à 13 : « La cinquantième année sera pour vous le jubilé : vous ne sèmerez point, vous ne moissonnerez point ce que les champs produiront d’eux-mêmes, et vous ne vendangerez point la vigne non taillée. 12 Car c’est le jubilé : vous le regarderez comme une chose sainte. Vous mangerez le produit de vos champs. »

Notre prière d’Alliance

Merci …

Très-Haut, tout-puissant et bon Seigneur, à vous appartiennent les louanges, la gloire et toute bénédiction ; on ne les doit qu’à vous, et nul homme n’est digne de vous nommer.

Loué soit Dieu, mon Seigneur, à cause de toutes les créatures, et singulièrement pour notre frère messire le soleil, qui nous donne le jour et la lumière ! Il est beau et rayonnant d’une grande splendeur, et il rend témoignage de vous, ô mon Dieu !

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour notre sœur la lune et pour les étoiles ! Vous les avez formées dans les cieux, claires et belles.

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour mon frère le vent, pour l’air et le nuage, et la sérénité et tous les temps, quels qu’ils soient ! Car c’est par eux que vous soutenez toutes les créatures.

Loué soit mon Seigneur pour notre sœur l’eau, qui est très utile, humble, précieuse et chaste !

Loué soyez-vous, mon Seigneur, pour notre frère le feu ! Par lui vous illuminez la nuit. Il est beau et agréable à voir, indomptable et fort.

Loué soit mon Seigneur, pour notre mère la terre, qui nous soutient, nous nourrit et qui produit toutes sortes de fruits, les fleurs diaprées et les herbes !

Loué soyez-vous mon Seigneur, à cause de ceux qui pardonnent pour l’amour de vous, et qui soutiennent patiemment l’infirmité et la tribulation ! Heureux ceux qui persévéreront dans la paix ! Car c’est le Très-haut qui les couronnera.

Soyez loué, mon Seigneur, à cause de notre sœur la mort corporelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper ! Malheur à celui qui meurt en état de péché ! Heureux ceux qui à l’heure de la mort se trouvent conformes à vos très saintes volontés ! Car la seconde mort ne pourra leur nuire.

Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâces, et servez-le avec une grande humilité.

Cantique des créatures, écrit par saint François d’Assise en 1225

Pardon …

Pardon Seigneur de n’avoir pas su prendre soin de la terre que tu nous as confié, de n’avoir pas su l’aimer, la protéger.

Pardon Seigneur pour notre arrogance de jardinier tout-puissant. Pardon pour nos cultures intensives, pour nos agressions répétées au vivant et à son équilibre, pour nos manipulations aveugles et inconscientes.

Pardon pour avoir souillé les eaux et les terres.
Pardon pour toutes les cicatrices de notre quête insensée de matières premières.

Pardon, Seigneur, Pardon pour notre orgueil, nos résistances ;
Viens enlever nos suffisances Et chasser notre arrogance.
Pardon, Seigneur, pardon Pour toutes nos pensées impures ;
Viens changer nos cœurs si durs, Nos raisonnements obscurs.

Ô relève-nous, nous sommes tombés si bas.
Ô relève-nous par ta grâce et ton pardon,
Aie pitié de nous, nous nous prosternons devant toi.

Pardon, Seigneur, pardon Pour tant de paroles mauvaises ;
Viens adoucir nos mots, nos lèvres, Et que nos querelles s’apaisent.
Pardon, Seigneur, pardon De toujours garder rancune ;
Viens changer notre amertume, Transformer notre attitude.

Ô relève-nous, nous sommes tombés si bas.
Ô relève-nous par ta grâce et ton pardon,
Aie pitié de nous, nous nous prosternons devant toi.

S’il vous plaît …

Permettez-nous de revenir au jardin originel.
Inspirez-nous les gestes et attitudes qui rendront l’humanité respectueuse de sa maison commune.

Amen.

Emerveillons-nous …

J’ai senti le souffle du vent qui murmurait Ton nom [I have felt the wind blow, whispering your name]
J’ai vu couler Tes larmes en regardant la pluie. [I have seen your tears fall, When I watch the rain.]

Comment pourrais-je dire qu’il n’y a pas de Dieu ? Quand tout autour de la création appelle !
[How could I say there is no God? When all around creation calls !]
Un oiseau qui chante, un arbre puissant, la vaste étendue des mers [A singing bird, a mighty tree, The vast expanse of open sea.]

Regarder un oiseau en vol, s’envoler dans les airs. [Gazing at a bird in flight, Soaring through the air.]
Couché sous les étoiles, je ressens Ta présence [Lying down beneath the stars, I feel your presence there.]

J’aime me tenir au bord de l’océan et sentir le grondement des déferlantes, [I love to stand at ocean’s shore And feel the thundering breakers roar,]
Pour marcher à travers des champs de céréales dorés, avec des fleurs comme horizon sans fin [To walk through golden fields of grain With endless bloom horizon’s frame.]

Écouter le chant d’une rivière, arroser la terre. [Listening to a river run, Watering the Earth]
Parfum d’une rose en fleur, Le cri d’un nouveau-né qui vient au monde. [Fragrance of a rose in bloom, A newborns cry at birth.]

I believe … just like a child
Je crois … comme un enfant
%d blogueurs aiment cette page :