Revenons à Lui

Bonjour les amis,

Nous voici Seigneur pour Te prier. Envoie ton Esprit afin que nous soyons attentifs à Ta parole. Donne-nous la grâce de trouver au plus profond de nous ce que notre cœur cherche et désire.

« le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant. » (He 9, 11-14)

« Jésus revint à la maison. »
Nombreuses sont les maisons de Jésus, sont les lieux où Il est chez Lui pour nous parler et nous écouter, les églises, les communautés, notre âme, notre cœur… tous sont des espaces merveilleux et mystérieux à la fois de rencontre avec lui, si nous acceptons et prenons le temps de l’accueillir. Chacun de ces lieux est aussi une opportunité de vivre la fraternité, la charité.
Cela me ramène à quelques années en arrière le jour Jésus est venu ou plutôt revenu en moi, et est devenu le cœur de ma vie, où je suis devenu une petite église du Christ. Peut-être s’est-il dit « me voilà de retour chez moi ». C’est pourquoi depuis je chante si souvent « Jésus, sois le bienvenu chez Toi ».

« Les gens de chez lui, l’apprenant, vinrent pour se saisir de lui, car ils affirmaient : « Il a perdu la tête. » »
Je mesure combien parfois il peut être compliqué de retrouver un lieu familier après un certain temps, et les gens avec qui nous avons grandi mais que nous avons perdu de vue. Ils m’ont connu gamin, ils m’ont vu pleurer, rire, tomber, jouer.. et depuis je suis devenu « quelqu’un », j’ai acquis des talents, j’ai vécu des belles choses, je me suis enrichi intellectuellement et spirituellement…ailleurs. Je ne suis plus tout à fait celui « d’avant ». Je n’ai pas vraiment changé mais je semble différent. Comment retrouver des habitudes ? Comment reprendre le chemin interrompu ensemble ? C’est très compliqué !

Ce moment où l’appel de Jésus, qui était tapi au plus profond de moi, est venu bousculer toutes les convictions que mes proches avaient à mon sujet, a changé dont j’étais perçu par certains proches, et peut-être se sont-ils dit « il a perdu la tête ». En tout cas, je rendre grâce chaque jour au Seigneur pour cette folie, et je prie pour ceux que je dérange car je les renvoie peut-être à des peurs, des blessures, des faiblesses qui les empêchent de discerner la justice et la sagesse divines.
« Ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes. » (1 Co 1, 25).
Enfin, je me dis que c’est rassurant lorsque je me retrouve dans des situations délicates que Jésus Lui-même a traversé des situations difficiles, des moments où il ne savait peut-être plus comment réagir.

Alors ce matin, contemplons l’humanité de Jésus pour nous à vivre tout ce que nous pouvons vivre dans notre humanité.
Et tournons-nous vers la Vierge Marie qui a vécu, accepté, et tiré parti de la « folie » de son fils.

Belle prière à tous,
Nathalie et Pascal

CHANT

Le fils prodigue (Glorious)

J’étais perdu seul et sans destin
Mais Ta grâce a trouvé un chemin
Il y avait tant de peines et de peurs
Mais tellement plus de place en Ton cœur

C’est décidé je me lèverai j’irai vers mon Père

Et quand Tu me vois revenir à Toi
Tes bras plus vastes que des ailes
Quel instant de grâce ma honte s’efface
Brisé me voici relevé
Quand Tes yeux m’ont dit « tu es chez toi »

Tes bras m’entourent de grâce et d’amour Je suis choisi aimé pour toujours
J’ai rencontré la grâce infinie Car j’étais mort en Toi je revis
Sur mon péché la miséricorde a triomphé

Au creux de Tes bras je pleure de joie
Lavé dans Ta magnificence
Tu m’as pardonné Tu m’as relevé
Aujourd’hui je peux proclamer
Je suis Ton enfant bien-aimé
Aimé de toute éternité
Car Ton cœur m’a dit « tu es à moi »
Et mon cœur Te dit « je suis à Toi »

PREMIERE LECTURE

« Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, en répandant son propre sang » (He 9, 2-3.11-14)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères,
dans le sanctuaire de l’ancienne Alliance,
une tente était disposée, la première,
où se trouvaient le chandelier à sept branches
et la table avec les pains de l’offrande ;
c’est ce qu’on nomme le Saint.
Derrière le second rideau,
il y avait la tente appelée le Saint des Saints.
Le Christ est venu, grand prêtre des biens à venir.
Par la tente plus grande et plus parfaite,
celle qui n’est pas œuvre de mains humaines
et n’appartient pas à cette création,
il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire,
en répandant, non pas le sang de boucs et de jeunes taureaux,
mais son propre sang.
De cette manière, il a obtenu une libération définitive.
S’il est vrai qu’une simple aspersion
avec le sang de boucs et de taureaux,
et de la cendre de génisse,
sanctifie ceux qui sont souillés,
leur rendant la pureté de la chair,
le sang du Christ fait bien davantage,
car le Christ, poussé par l’Esprit éternel,
s’est offert lui-même à Dieu
comme une victime sans défaut ;
son sang purifiera donc notre conscience
des actes qui mènent à la mort,
pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant.
– Parole du Seigneur.

EVANGILE

« Les gens de chez lui affirmaient : Il a perdu la tête » (Mc 3, 20-21)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus revint à la maison,
où de nouveau la foule se rassembla,
si bien qu’il n’était même pas possible de manger.
Les gens de chez lui, l’apprenant,
vinrent pour se saisir de lui,
car ils affirmaient :
« Il a perdu la tête. »

– Acclamons la Parole de Dieu : Louange à toi, Seigneur Jésus !

Méditation du Père Emmanuel Payen (RCF)

Pendant presque 30 ans, Jésus a vécu incognito à Nazareth, la vie cachée de Nazareth, avec ses parents, travaillant avec son père menuisier-charpentier.
Mais depuis quelque mois, il s’est installé chez Simon-Pierre, à Capharnaum.
Tout le monde parle de lui, il guérit des quantités de malades, il a une parole qui étonne et ravie, il y a déjà beaucoup de disciples qui le suivent…
mais, que se passe-t-il ? les habitants de Nazareth, ses proches parents ne le reconnaissent plus et se disent « Il a perdu la tête… il a perdu la tête »…
 
Aujourd’hui encore, Jésus pose question.
Comment réagissons-nous quand nous lisons l’évangile ? avons-nous banalisé ses Paroles par habitude ? ou savons-nous être étonnés, dérangés, émerveillés par ses actes et ses paroles ?
Si quelqu’un de notre milieu lance une idée originale ou une action complètement inédite, quelle est ma réaction ? enthousiasme ou hostilité ? appel à la prudence ou adhésion pour aller de l’avant ?
Aujourd’hui, quelle est au plus profond de moi-même ma réaction devant l’extrême nouveauté du message de Jésus ? qui est folie pour les hommes !…
Seigneur, notre Dieu, que ton Esprit-Saint nous accorde la grâce du discernement des esprits, la grâce d’une grande liberté intérieure et d’une grande générosité du cœur, afin que nous puissions te reconnaître et te suivre, là où tu es, jusqu’à la folie de l’Amour.

Homélie du Père Maximin Noudehou

« le Christ, poussé par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu comme une victime sans défaut ; son sang purifiera donc notre conscience des actes qui mènent à la mort, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant. »

Les sacrifices d’animaux, qui s’offraient au Temple de Jérusalem, étaient voulus et indiqués par Dieu Lui-même au bénéfice de son Peuple. C’est toujours pour le bien de son Peuple qu’Il s’est choisi une victime parfaite, son Fils Unique. En s’offrant, Jésus a fait la Volonté de Dieu son Père dans la puissance du Saint-Esprit. Du sein maternel jusqu’à sa résurrection, le Christ a été sous la mouvance du Saint-Esprit, cet Esprit qui sait ce qui plaît à Dieu. Il en est ainsi pour que, d’une part, notre conscience soit purifiée des actes qui mènent à la mort ; d’autre part, pour que nous puissions rendre un culte au Dieu vivant. Ainsi, aucune œuvre divine ne mène à la mort. Et sans l’Esprit Saint, don reçu du sacrifice du Christ, la Vie de Dieu n’est pas en nous. Étant configurés au Christ, nous sommes invités nous aussi à faire de nos vies des sacrifices, à son exemple. C’est ainsi que nous rendons un culte à Dieu. Le culte que Dieu attend de nous est d’abord intérieur. C’est le don d’amour de nos propres personnes. Le culte à rendre à Dieu, c’est de L’aimer de tout notre être et par-dessus tout. C’est ainsi que nous sommes tous prêtres dans le Prêtre Unique. Le sacrifice est constitutif de toute vie chrétienne et est un chemin de Salut. C’est l’orientation de notre amour qui est le combat véritable de notre existence quotidienne. Le Seigneur nous a montré le chemin par l’Esprit éternel.
L’Esprit Saint est Vie.
Qu’as-tu fait de l’Esprit reçu à ton baptême ?

Seigneur, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie et de Saint Joseph, puissions,nous nous laisser conduire par le Saint-Esprit.

Paroles du Pape François

Notre Dieu est un Dieu-qui-vient. Ne l’oubliez pas: Dieu est un Dieu qui vient, qui vient continuellement. Il ne déçoit pas notre attente! Le Seigneur ne déçoit jamais. Il est venu à un moment précis de l’histoire et s’est fait homme pour prendre sur lui nos péchés – la fête de Noël commémore cette première venue de Jésus dans le moment historique – ; il viendra à la fin des temps comme juge universel; et il vient une troisième fois, d’une troisième manière: il vient chaque jour rendre visite à son peuple, à chaque homme et femme qui l’accueille dans la Parole, dans les Sacrements, dans leurs frères et sœurs. Il est à la porte de notre cœur. Il frappe. Savez-vous écouter le Seigneur qui frappe, qui est venu aujourd’hui vous rendre visite, qui frappe sur votre cœur avec un mouvement, avec une idée, avec une inspiration?

Pape François, Angélus, 26 novembre 2020, Source : https://www.vaticannews.va/

Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous  aujourd’hui  notre  pain  de  ce  jour.
Pardonne  nous  nos  offenses,  comme  nous  pardonnons  aussi  à  ceux qui nous ont offensé.
Ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre nous du Mal.

Délivre-nous de tout mal, Seigneur, et donne la paix à notre temps. Par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant  les  épreuves  en  cette  vie  où  nous  espérons  le  bonheur  que  tu  promets  et  l’avènement  de  Jésus  le Christ,  notre  Sauveur.

Car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles, Amen !

Seigneur  Jésus-Christ,  tu  as  dit  à  tes  Apôtres  :  « Je  vous  laisse  la  paix,  je  vous  donne  ma  paix ». Ne  regarde  pas  nos  péchés, mais la foi de ton Eglise. Pour que ta volonté s’accomplisse, donne-lui toujours cette paix, et conduis-la vers l’unité parfaite, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen !

Prière à Marie





Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

#VieFraternelle #Jésus #SoyonsVivantsEnsemble #SaintEsprit #Evangile #Prière #Prier

%d blogueurs aiment cette page :